Les cimentiers devraient encore souffrir de la faiblesse de la demande en Europe et aux Etats-Unis en 2012. C’est ce qu’a annoncé le numéro deux mondial du secteur, le suisse Holcim, à l’occasion d’un avertissement sur résultats ce lundi. Le groupe a provisionné une charge exceptionnelle de 775 millions de francs suisses (641 millions d’euros) au 4e trimestre 2011, en raison d'une restructuration en Afrique du Sud et du ralentissement de son activité dans d'autres pays.

Il estime notamment que « la demande pour les matériaux de construction ne va se reprendre que lentement » et que « l'utilisation des capacités de production restera insatisfaisante » en Europe et aux Etats-Unis.

Depuis 2008, la demande de ciment s'est réduite de 65% en Espagne et d'un tiers environ dans certaines régions d'Europe de l'Est alors que les Etats-Unis ont essuyé une chute de 45%, d’après Holcim. Sur les neuf premiers mois de 2011, le groupe a dégagé un bénéfice net de 1 milliard de francs, en baisse de 17,9% sur un an.

De son côté, Lafarge a enregistré une baisse de 22% de son bénéfice net sur neuf mois (596 millions d’euros) malgré un chiffre d’affaires en hausse de 2% à 11,4 milliard d’euros. Le français, numéro un mondial du secteur, publiera ses résultats annuels le 17 février.

Vers 11h30, le titre recule de 3,7% à la Bourse de Paris, sur un marché en baisse de 0,6%.