EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

Stress test bancaire européen : à quoi doit s'attendre le marché ?

Stress test bancaire européen : à quoi doit s'attendre le marché ?

(Easybourse.com) L'EBA, l'Autorité Bancaire Européenne, discute actuellement sur les prochains stress tests bancaires. Nous devrions connaitre incessamment sous peu les hypothèses retenues pour ces tests.

Le 18 janvier dernier, Michel Barnier, commissaire européen chargé du marché intérieur a indiqué que dans le cadre des nouveaux stress tests, l’assiette du risque souverain serait élargie au banking book et le risque de liquidité serait pris en compte.

«Si l’annonce du 18 janvier est confirmée, nous pensons que deux problèmes en particulier pourraient se poser» estime Christophe Nijdam, analyste secteur bancaire du premier bureau européen d’analyse indépendante Alpha Value.

Tout d’abord, intégrer le risque pays dans le banking book serait infondé et

Intégrer le risque pays  serait infondé et contre-productif

contre-productif selon l’expert. «Nous considérons qu’il n’y a pas de risque de solvabilité concernant les pays de la zone euro, uniquement un risque de liquidité, c’est-à-dire de rééchelonnement. Si nous testons la solvabilité sous forme de scénario en partant d’un constat que la dette d’un pays de la zone euro détenue jusqu’à l’échéance ne doit pas valoir 100 mais doit valoir moins, nous arriverions à des conclusions erronées signalant que certaines banques devraient être recapitalisées alors qu’en réalité cela ne se justifierait pas économiquement».

Pour M Nijdam, on ne peut pas dire qu’un pays est insolvable en regardant le ratio dette publique par rapport au PIB. Les marchés ont tendance à considérer que lorsqu’un pays a une dette qui dépasse 90% de son PIB, le pays est surendetté et donc insolvable.
Or d’autres critères doivent être pris en compte, comme le développement économique d’un pays, les taux d’intérêt, le taux d’imposition. «Un pays faiblement imposé peut éventuellement augmenter les impôts demain et avec un ratio dette sur PIB qui va au-delà de 90%».

Par ailleurs, l’Autorité Bancaire Européenne aurait tort de retenir l’inclusion du risque souverain dans la banking book dès lors que l’on observe les montants qui doivent être refinances, nous serions davantage en présence d’un problème de refinancement que de solvabilité à proprement parler. «La dette publique de la zone euro en moyenne a une maturité de l’ordre de 5 ans. Ce qui doit être financé cette année ou l’année prochaine est ce que doit refinancer de manière habituelle n’importe quel pays».

M Nijdam aussi estime que si l’on devait appliquer le même type d’approche aux Etats-Unis et à la situation réelle des 50 Etats fédérés, nous sommes face à une situation des finances publiques américaines bien plus préoccupante que celle de la zone euro. «La différence est que le dollar est une monnaie de réserve internationale de référence ce qui n’est pas encore le cas de l’euro».

Enfin, une telle hypothèse ne ferait abstraction de mécanismes de marché assez pervers développés à travers les CDS. «Il suffit d’avoir quelques acteurs d’origine anglo-saxonne qui achètent des CDS sur les pays périphériques de la zone euro notoirement illiquides pour faire décaler le prix du CDS à la hausse et par effet de contagion baisser les obligations de ces pays».

Nous pénaliserions des établissements pour de mauvaises raisons et nous épargnerions les établissements qui  seraient réellement affectés »

Sur le risque de liquidité, la critique concernerait le fait qu’il ne serait pas prévu à ce stade d’indiquer quelles seraient les banques qui au regard du stress test de la liquidité ne passerait pas l’examen avec succès. «Nous n’aurions ainsi pas la transparence requise et nous ferions une double erreur. Nous pénaliserions au regard du risque de solvabilité sur la dette publique des établissements pour de mauvaises raisons et nous épargnerions les établissements qui seraient affectés par le risque de liquidité. Ce serait contre-productif».

Imen Hazgui

Publié le 02 Mars 2011

Copyright © 2014

Derniers commentairesAccès aux forums

BNP PARIBAS

a la une

interview

Dirigeant

dossier

Pétrole, or, blé, maïs, soja, colza : à quoi s'attendre sur le marché des matières premières au second semestre 2014 ?

Pétrole, or, blé, maïs, soja, colza : à quoi s'attendre sur le marché des matières premières au second semestre 2014 ?

(Easybourse.com) Ces six premiers mois de l'année se sont caractérisés par... suite

Les dernières tendances

Paris

CAC40:finit stable, rebond de dernière minute malgré les PMI

(CercleFinance.com) - Tout comme vendredi, un 'coup de pouce' a permis aux places européennes d'en terminer in-extremis sur un score positif... 01/09 - 18h09
suite...

Wall Street

Wall Street conclut dans le vert un mois de belle hausse

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une hausse prudente vendredi, les investisseurs ayant limité les prises de positions après... 29/08 - 22h30
suite...

Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en hausse de 0,34%

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,34% lundi, soutenue par les gains enregistrés par les petites et moyennes... 01/09 - 08h17
suite...

Devises

CHANGES: Le marché est peu actif avant le PIB des Etats-Unis

Les marchés des changes montrent des signes de nervosité vendredi en... 28/01 - 14h13
suite...

Mat. 1ères

Le marché du pétrole bien approvisionné malgré les conflits

Les marchés pétroliers sont de mieux en mieux approvisionnés à la faveur notamment d'une forte augmentation de la production en Amérique du... 12/08 - 11h53
suite...

Taux

"Valls II" vu comme favorable aux actions et aux taux bas

Les investisseurs n'anticipent pas une accélération des réformes en France après la clarification de la ligne économique et la... 27/08 - 08h05
suite...