Après une prise en compte plus importante de l’environnement macro économique, du fait de la crise de la dette souveraine et des difficultés persistantes sur le marché immobilier, S&P a décidé de réduire la note de 15 grandes banques internationales.
JPMorgan Chase, Bank of America, Citigroup, Wells Fargo, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Barclays, HSBC Holdings et UBS figurent parmi les banques dont la note a été réduite.

S&P a procédé à deux relèvements de note, de China Construction Bank et de Bank of China.

Les notes de BNP Paribas et de Société Générale n’ont pas été affectées par le mouvement. Cependant, cela n’empêche pas les titres de ces établissements de fléchir vers 11h de respectivement 1,86% et 2,03%.

La décision prise par l’agence de notation devrait conduire les banques dans leur ensemble à accentuer leur diminution de bilan. Cela a notamment des incidences sur l’euro  et  sur la dette des pays européens en difficultés ce mercredi matin.

Les taux obligataires de la Belgique, de l’Espagne, et de l’Italie se sont écartés de 10 à 15 points de base par rapport au taux allemand. Le taux à dix italien atteint plus de 7,3%.

Pour le moment, la décision de S&P n’a pas de répercussion sur le marché interbancaire. Le spread entre le taux sans risque de la BCE à 3 mois, et le taux interbancaire à 3 mois reste stable. Il avait progresse dé 0,75% à 0,95% en novembre, à comparer avec un niveau de 2% en 2008.