S’il est réélu, Nicolas Sarkozy créera un « impôt minimum » sur les bénéfices des grandes entreprises, en particulier celles du CAC 40. C’est l’une des annonces faites par le président sortant hier sur France 2.

«Nous allons créer un impôt sur les bénéfices minimum pour les grands groupes en France», a-t-il déclaré dans l’émission «Des paroles et des actes», car il a «découvert quelque chose de pas normal», à savoir que ces grands groupes «maximisent les avantages fiscaux» et «qu’une partie d’entre eux ne paient pas du tout d’impôt».

Début septembre, l’Assemblée nationale avait voté à l’unanimité la suppression du système controversé du bénéfice mondial consolidé qui permettait précisément à des groupes importants d’intégrer dans leur bénéfice les éventuels déficits de leurs filiales étrangères, pour verser moins d’impôts.