EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

Synthèse hebdomadaire des marchés

Synthèse hebdomadaire des marchés

(Easybourse.com) Par Henri Delessy, responsable des études économiques de La Banque Postale.

Les places boursières conservent une tendance haussière, dynamisées par des nouvelles macroéconomiques plutôt rassurantes.
Cette semaine, le CAC 40 est reparti à la hausse (3741,6 vendredi), le DAX allemand se montrant plus hésitant après la publication de résultats un peu décevants pour la croissance allemande sur la fin de l’année 2012. La bourse italienne continue à se redresser, tandis que Madrid a plutôt consolidé après une nette augmentation depuis le début de l’année. L’Euro Stoxx 50 reste clairement sur une tendance haussière depuis le début de l’année. Outre-Atlantique, les grands indices sont aussi orientés à la hausse. Le S&P 500 n’est désormais plus très éloigné du pic de la fin 2007. Enfin, le Nikkei a consolidé ses gains, qui ont été rappelons le de l’ordre de 25 % depuis la mi-novembre.

Sur la place parisienne, PagesJaunes a gagné plus de 20% sur cinq jours, suite à une note d’analyste qui juge le potentiel de hausse du titre bien supérieur à la moyenne. Mais l’action est aussi nettement plus volatile que l’ensemble du secteur des médias en raison d’incertitudes sur le financement du groupe à moyen terme. Du côté des baisses, le promoteur Nexity a atteint ses objectifs financiers en 2012 mais ses prises de commandes n’ont pas été au niveau espéré, en raison de la chute du nombre de transactions immobilières en France. Le titre a reculé de près de 3% sur la semaine.


Etats-Unis – Peu de nouvelles, bonnes nouvelles
Peu nombreuses cette semaine, les dernières données sur l’économie américaine confirment la consolidation de la croissance outre-Atlantique. Malgré un climat assombri par la menace du « fiscal cliff », la consommation s’est bien portée fin 2012. En effet, les ventes au détail ont surpris par leur vigueur en septembre, tirées notamment par le dynamisme des ventes de voitures. Le contraste avec le marché automobile européen, très déprimé, est frappant. Du côté du marché immobilier, l’indice NAHB du moral des constructeurs-promoteurs consolide en janvier sa hausse récente. Le regain de forme du secteur devrait donc se poursuivre. Autre point favorable, l’inflation reste très modérée (+1,7 % sur un an) grâce au repli récent des prix de l’énergie mais pas seulement : l’inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) reste également sage (1,9 % sur un an, comme en novembre). Ceci laisse les mains libres à la Fed pour maintenir sa politique de soutien à l’activité aussi longtemps qu’elle le jugera nécessaire.

Zone euro – Confirmation de la récession au quatrième trimestre
Les indicateurs de la semaine confirment que l’activité s’est contractée au quatrième trimestre 2012. Rappelons toutefois que les enquêtes de conjoncture ont été un peu mieux orientées ces deux derniers mois, laissant espérer que la récession ne s’aggraverait pas début 2013, voire qu’elle pourrait s’atténuer. Le recul de la production manufacturière s’est modéré en novembre, mais la pente reste résolument baissière. En décembre, le nombre d’immatriculations de voitures particulières s’est certes redressé pour le deuxième mois consécutif, mais leur niveau est toujours très bas. En 2012, le recul atteint 11,3 %, la plus forte baisse depuis 1993.
L’excédent commercial continue de s’élargir, atteignant 11 milliards d’euros pour le seul mois de novembre, avec un cumul sur un an de 82 milliards d’euros. Les exportations ont certes augmenté de 0,8 % en novembre, mais elles semblent plafonner depuis le point haut du mois d’août, ce qui peut un peu étonner compte tenu de la réactivation des économies américaine et chinoise. Le point à surveiller est la fermeté de l’euro, notamment vis-à-vis du yen, qui pourrait finir par handicaper les exportateurs de la zone. A contrario, les importations ont diminué de 1,5 % en novembre, poursuivant leur mouvement de recul, suite à la faiblesse de la demande intérieure, mais aussi en liaison avec la baisse des prix des importations qui tient surtout à l’allègement de la facture énergétique. Enfin, les chiffres définitifs concernant l’inflation ont confirmé les estimations préliminaires : le mois de décembre n’a pas marqué de repli supplémentaire de l’inflation sur un an malgré un nouveau tassement de la hausse des prix de l’énergie. La hausse des prix alimentaires est assez vive, autour de 3 % en glissement annuel. En revanche, l’inflation sous-jacente demeure très modérée (1,5 % sur un an)

Allemagne – Recul assez marqué du PIB au quatrième trimestre
En 2012, la croissance du PIB est revenue à 0,7 % après 3 % en 2011 et 4,2 % en 2010. La consommation des ménages progresse modérément (+1 %), tandis que l’investissement en équipement a nettement reculé (-4,4 %), suite à la décélération des exportations après deux années de forte hausse. Les importations n’augmentent que modérément, ce qui montre que l’Allemagne ne joue pas réellement un rôle moteur dans la dynamique européenne. L’office statistique allemand estime que le PIB aurait reculé de 0,5 % au quatrième trimestre 2012. Prudent, le gouvernement allemand a nettement revu sa prévision de croissance pour l’an prochain, la ramenant de 1 % à 0,4 %. Le point très positif pour l’Allemagne est d’afficher un retour à l’équilibre budgétaire (excédent de 0,1 % du PIB en 2012).

France – Un déficit de l’Etat à peu près dans les clous en 2012
Selon des données encore provisoires, le déficit de l’Etat aurait atteint 87,2 milliards d’euros en 2012, contre une prévision à 86,2 milliards. Le vrai défi pour le gouvernement français reste l’année 2013, pour laquelle le gouvernement s’est engagé à revenir à 3 % du PIB de déficit public, d’autant qu’il devra revoir ses perspectives de croissance (+0,8 % !). Sur le plan conjoncturel, l’enquête AFTE/Coe-Rexecode réalisée début janvier indique que la trésorerie d’exploitation des grandes entreprises françaises ne se dégrade plus.

Pétrole
Les cours du Brent sont restés relativement stables cette semaine, autour de 110 $/baril. Les données macroéconomiques en provenance de Chine et des Etats-Unis devraient pousser les cours vers le haut. De même, les incertitudes géopolitiques (événements en Algérie) devraient favoriser des tensions sur les cours du Brut. L’explication de la relative stabilité de ces derniers doit donc surtout être recherchée du côté de l’offre. La production mondiale est élevée et permet de répondre à la demande, malgré la baisse en décembre de la production saoudienne qui a été affectée par de mauvaises conditions climatiques. De manière plus structurelle le nouvel essor de la production américaine constitue aussi une possibilité de répondre plus aisément aux besoins des pays consommateurs.

Taux
RAS du côté de la BCE et de la Fed.
Les taux longs américains ont marqué une pause cette semaine dans le mouvement de redressement qu’ils ont amorcé début décembre. Toutefois, cette tendance haussière n’est pas remise en question. Elle s’appuie essentiellement sur des données macroéconomiques positives qui suggèrent que la croissance de l’économie américaine se consolide, avec notamment une sortie de crise du marché immobilier et une amélioration graduelle du marché du travail. Les titres américains jouent aussi un peu moins le rôle de valeur refuge dans un environnement financier européen plus serein. En effet, on peut noter que le début d’année a été marqué par un certain succès des émissions espagnoles. Le gouvernement ibérique a émis à l’horizon 2015, 2018 mais aussi 2041, même si les montants ont été plutôt faibles pour cette dernière échéance (512 millions d’euros). Les taux payés par l’Espagne sont aussi en baisse (par exemple 2,71 % contre 3,36 % lors de la précédente adjudication le 13 décembre pour l’émission à deux ans). Le gouvernement espagnol qui compte emprunter 121,3 Mds euros essaye ainsi à la fois de profiter de la détente des taux sur les échéances courtes et de commencer à consolider ses positions à long terme. Le Portugal a aussi placé 2,5 milliards d’euros de bons à 3, 12 et 18 mois cette semaine. Le gouvernement portugais a bon espoir de pouvoir profiter d’un horizon un peu moins sombre dans la zone euro pour émettre des titres à long terme dès cette année, conformément à ce qui est prévu dans le plan de soutien européen dont bénéficie le pays. Dans le même temps, les taux du noyau dur poursuivent leur remontée. Le Bund a consolidé autour de 1,55 % et l’OAT française a rebondi pour atteindre 2,15 %.

Change
L’euro fait toujours preuve de fermeté contre le dollar, en dépit de la bonne tenue de la conjoncture économique outre-Atlantique. Il s’est stabilisé cette semaine autour d’une parité de 1,33 vis-à-vis de la monnaie américaine. En revanche, le mouvement de dépréciation du yen s’est un peu tempéré après, il est vrai, une forte baisse la semaine dernière. Il demeure néanmoins sous pression dans l’attente de la réunion de la BoJ la semaine prochaine qui examinera la possibilité de taux à court terme nuls et d'achats illimités d'actifs jusqu'à ce que l'inflation remonte vers les 2%. Il reste que l’euro demeure à un niveau élevé contre la monnaie japonaise, autour de 120 yens pour un euro, après un point bas à 95 yens cet été. Il faut aussi garder en mémoire que l’euro s’est apprécié contre la plupart des monnaies depuis le début de l’année, notamment la livre et même le franc suisse. Visiblement, les propos plutôt optimistes tenus par Mario Draghi lors du conseil des gouverneurs de la semaine dernière ont encouragé les investisseurs à se tourner vers la monnaie européenne. Toutefois, si ce mouvement prenait trop d’ampleur, il pourrait limiter la capacité de rebond de la zone euro.


HD

Publié le 19 Janvier 2013

Copyright © 2014

Derniers commentairesAccès aux forums

CAC 40

a la une

interview

Expert
Jean-Marc Bourmault : Directeur des partenariats Jean-Marc Bourmault,
Directeur des partenariats Patrimonia
« Il faut redonner aux épargnants l'envie de prendre des risques »

dossier

Volkswagen, Zara, Burberry...Quelles sont les valeurs gagnantes en Europe?

Volkswagen, Zara, Burberry...Quelles sont les valeurs gagnantes en Europe?

(Easybourse.com) Que l'on soit un investisseur débutant ou confirmé, le... suite

Les dernières tendances

Paris

CAC 40: des investisseurs toujours plus prudents.

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris s'est orientée à la baisse jeudi matin dans des marchés toujours prudents avant la réunion de la Banque... 02/10 - 10h45
suite...

Wall Street

Wall Street finit en baisse, un cas d'Ebola aux USA

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en net recul mercredi, affectée par la détection aux Etats-Unis d'un premier cas de fièvre... 01/10 - 22h39
suite...

Tokyo

La Bourse de Tokyo termine en repli de 2,61%

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse, le Nikkei lâchant 2,61% à un plus bas d'un mois, plombée par la faiblesse de... 02/10 - 08h20
suite...

Devises

CHANGES: Le marché est peu actif avant le PIB des Etats-Unis

Les marchés des changes montrent des signes de nervosité vendredi en... 28/01 - 14h13
suite...

Mat. 1ères

CGG : accord d'exclusivité au Gabon avec le Ministère du Pétrole et des Hydrocarbures

CGG signe un accord d'exclusivité au Gabon avec le Ministère du Pétrole et des Hydrocarbures pour un... 29/09 - 07h31
suite...

Taux

Le taux de chômage en zone euro stable à 11,5%

Le taux de chômage est resté stable à 11,5% en août dans la zone euro, comme en juin et juillet, a annoncé Eurostat mardi. Dans les 28... 30/09 - 12h17
suite...