EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

France : faut-il s'attendre à une reprise ?

France : faut-il s'attendre à une reprise ?

(Easybourse.com) En parlant de « reprise » lors de son interview du 14 juillet, François Hollande s'est attiré les foudres de l'opposition et d'un certain nombre d'économistes. Pour la plupart d'entre eux, il est encore trop tôt pour évoquer un redémarrage de l'activité en France, même si certains indicateurs s'améliorent. Alors, où va l'économie française ?

Interview de Peter Jarrett

Interview

Peter Jarrett
Economiste
0CDE

Interview de Eric Heyer

Interview

Eric Heyer
Economiste
OFCE

La « reprise » évoquée, dimanche 14 juillet, par François Hollande, existe-t-elle vraiment ? Les Français en doutent. Selon un sondage paru lundi, 72% d’entre eux ont le sentiment que le chef de l’Etat est trop optimiste. Il faut dire qu’avec un chômage à son plus haut historique et une production industrielle inférieure à ce qu’elle était avant la crise, la déclaration du président de la République peut surprendre.

Pourtant, les enquêtes de conjoncture menées par l’Insee et la Banque de France confirment une amélioration du climat des affaires ces derniers mois. « La plupart des secteurs (industriels) repartent à la hausse » grâce à un « renforcement de la demande étrangère », souligne la Banque de France dans une note publiée début juillet. En juin, la production industrielle a rebondi après un léger tassement le mois précédent et les chefs d’entreprises prévoient une poursuite de cette hausse en juillet. Dans les services également, la tendance est à l’amélioration : « Les effectifs cessent de se contracter, les trésoreries tendent à se redresser et les chefs d'entreprise prévoient un rebond de l'activité en juillet », souligne la Banque de France.

Par conséquent, la Banque de France a relevé à +0,2% sa prévision de croissance de l'économie française au deuxième trimestre contre +0,1% auparavant. « On a le sentiment qu'il y a un peu d'accélération mais il ne faut pas se cacher quand même qu'on reste dans une phase de reprise lente », a commenté Christian Noyer, le gouverneur de la BdF. Sur l’ensemble de l’année, « on restera très proche de zéro parce qu'on a commencé l'année sur un chiffre négatif » a-t-il ajouté.

Pas avant 2014

L’Insee, qui doit publier mi-août les chiffres officiels de la croissance du deuxième trimestre, est sur la même longueur d’ondes. Il évoque la « fin de l’épisode récessif » qu’a connu la France en début d’année mais aussi des « freins importants » qui empêchent toute véritable reprise. La consommation, en berne depuis le début de l’année, ne montre aucun signe d’amélioration et l’Insee table sur une baisse de 0,1% des dépenses des ménages sur l’ensemble de l’année. De même, l’investissement des entreprises restera «significativement plus bas» que son pic de fin 2011. Dans ces conditions, l’institut table sur une baisse du PIB cette année (-0,1%) avant une légère hausse (+0,8%) en 2014…

Les économistes de marché se montrent eux aussi prudents. «La reprise va arriver tout doucement, estime Laurence Boone, chef économiste Europe chez Bank of America Merrill Lynch (Le Figaro, 16/07/2013). « Et le fait qu'il n'y ait pas de demande interne en France rend cette potentielle reprise d'autant plus fragile: nous nous prendrions de plein fouet une croissance qui ralentirait un peu trop en Asie ou aux États-Unis, un euro qui frémirait ou encore un regain de tension chez certains de nos voisins, en Espagne notamment».

Pour Peter Jarrett, responsable d'études à l’OCDE, « tout dépend de ce que l’on entend par reprise. Pour moi, la reprise intervient lorsque le taux de croissance d’une économie est supérieur à son taux potentiel, autrement dit lorsque le chômage diminue. Ce n’est pas le cas aujourd’hui ». L’OCDE table sur une accélération très progressive de l’économie française au cours des prochains trimestres qui n’empêchera pas une baisse du PIB cette année ni la progression du chômage. Si parler de reprise paraît prématuré, en revanche François Hollande peut affirmer sans trop se tromper que « le second semestre sera meilleur que le premier ».


François Schott

Publié le 25 Juillet 2013

Derniers commentairesAccès aux forums

a la une

interview

Dirigeant

dossier

Pétrole, or, blé, maïs, soja, colza : à quoi s'attendre sur le marché des matières premières au second semestre 2014 ?

Pétrole, or, blé, maïs, soja, colza : à quoi s'attendre sur le marché des matières premières au second semestre 2014 ?

(Easybourse.com) Ces six premiers mois de l'année se sont caractérisés par... suite

Les dernières tendances

Paris

CAC 40: le rebond entamé la veille se prolonge.

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris poursuit sa hausse jeudi matin, aidée par la posture bienveillante de la Réserve fédérale américaine,... 18/09 - 10h47
suite...

Wall Street

Wall Street a terminé en hausse, saluant décision de la Fed

par Rodrigo Campos NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse mercredi, saluant l'engagement renouvelé de la Réserve fédérale de... 17/09 - 22h33
suite...

Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en hausse dans le sillage de la Fed

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a terminé jeudi nettement dans le vert, les investisseurs saluant après Wall Street le message rassurant... 18/09 - 08h18
suite...

Devises

CHANGES: Le marché est peu actif avant le PIB des Etats-Unis

Les marchés des changes montrent des signes de nervosité vendredi en... 28/01 - 14h13
suite...

Mat. 1ères

Ralentissement "notable" de la demande de pétrole

Correction officielle : bien lire 150.000 et non 65.000 pour la révision de la croissance de la demande en 2014 Le rythme de croissance de la... 11/09 - 11h57
suite...