L’ajustement de la parité euro/dollar se poursuit vendredi, deux jours après l’annonce par la Fed d’un tournant dans sa politique monétaire.

Vers 15h45, l’euro se replie à 1,3174 dollar contre 1,3225 jeudi vers 22h.

Les cambistes tirent les conséquences des propos de Ben Bernanke, qui a annoncé mercredi une diminution progressive du programme de rachat d’actifs de la Fed. Celle-ci injecte 85 milliards de dollars par mois dans le système financier, ce qui a largement contribué à la hausse des marchés actions, mais également de l’euro.

Désormais, les marchés savent qu’ils ne peuvent plus compter ad vitam aeternam sur la politique de « quantitative easing » de la Réserve fédérale. La reprise en cours aux Etats-Unis plaide pour un retrait progressif des mesures de soutien, ainsi que pour une réappréciation du dollar.

Toutefois l’euro s'est montré plutôt résistant ces dernières années en dépit des difficultés de l'union monétaire. La baisse de ces derniers jours est à mettre sur le compte d'une certaine fébrilité du marché...

Ce vendredi les investisseurs pointaient les derniers développements politiques en Grèce, où le petit parti de gauche Dimar a annoncé son intention de quitter la coalition gouvernementale après la décision du premier ministre de fermer brutalement la télévision publique ERT.

Les tergiversations des dirigeants européens sur la mise en place de l'union bancaire peuvent également expliquer la baisse de l'euro.