La moyenne des estimations des économiques tablait sur une hausse de la production de 0,3% après une diminution constaté de 0,2% le mois précédent.

L’essoufflement a été constaté dans pratiquement tous les Etats membres, à l’exception de l’Italie et de l’Estonie.
La production industrielle est descendue de 1,2% en Allemagne (un plus haut depuis juillet) et de 0,3% en France. 
En Irlande, la production a chuté de  11,6%.

Le repli de la production a été particulièrement prononcé dans le secteur énergétique, de 4% en grande partie du fait que les températures ont été plus élevées que d’habitude à cette période de l’année.
La production des biens d’équipement a fléchi de 1,3%, celle des biens de consommation durables (voitures, appareils électroniques...) de 2,4% et celle des biens de consommation non durables de 0,9%.

A titre de comparaison, au mois d'octobre 2012 la production industrielle s'était rehaussée de 0,2% pour le deuxième mois consécutif.

Il est fort probable que la progression du PIB de l’union monétaire se révèle très faible, si ce n’est quasi inexistant au quatrième trimestre.
Après avoir crû de 0,3% au deuxième trimestre, le PIB de la zone euro ne s’est rehaussé que de 0,1% au troisième trimestre.

D’autres statistiques parues la semaine dernière ont montré que les ventes de détail avaient reculé en octobre au sein de la zone. De plus une enquête du mois de novembre a enregistré la premier inflexion de la confiance des consommateurs cette année.