Selon le département du Commerce des Etats-Unis, les ventes au détail, qui représentent 30% des dépenses des consommateurs américains, ont augmenté de 0,7% en novembre par rapport à octobre. C’est la plus forte hausse depuis juin. Le consensus tablait sur +0,6%.
Les achats de voitures ont été particulièrement significatifs (+1,8%), de même que ceux des meubles et accessoires (+1,2%), des appareils électroniques (+1,1%) et des matériaux de construction (+1,8%).
Les ventes ont en revanche reculé s’agissant du carburant, des vêtements (-0,2%) et de la nourriture.
Sur 12 mois, les ventes au détail ont crû de 4,7%.

Les saisies immobilières

Selon RealtyTrac, le nombre de saisies immobilières s’est replié de 15% à un total de 113 454 biens en novembre. C’est le plus fort recul depuis novembre 2010. Les dossiers de saisi sont à présent à leur plus faible niveau depuis décembre 2006.
Sur 12 mois, les saisies sont en régression de 37%.
Au final le nombre de dossier est bien en dessous de la moyenne de 300 000 saisies par mois atteinte au paroxysme de la crise immobilière.
Ceci étant, le potentiel de baisse est encore élevé. Le niveau d’avant crise, de 2005-2006 est autour de 86 000.

Les inscriptions au chômage

Selon le département du Travail des Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont enregistré la semaine dernière leur plus forte augmentation en deux mois, après avoir reculé à un plus faible niveau de près de six ans la semaine précédente. Environ 368 000 Américains ont réclamé une allocation chômage la semaine dernière, après 360 000 la semaine d’avant. Selon les économistes ce dernier chiffre est artificiellement faible du fait du long week-end de Thanksgiving. Cependant ces mêmes économistes avaient tablé sur un chiffre de 320 000 s’agissant de la semaine dernière.

Les autorités américaines ont tenu a mettre en garde sur l’importance à accorder aux statistiques hebdomadaires du fait de leur volatilité, indiquant par ailleurs que la moyenne des inscriptions au chômage sur quatre semaines était une mesure bien plus pertinente notamment en cette fin d’année. Cette moyenne ressort à 328 750, en hausse de 6000 par rapport à la précédente moyenne.

Ces dernières données sur le marché de l’emploi sont singulièrement significatives dès lors que ce sont les dernières avant la prochaine réunion du comité de pilotage de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine les 17 et 18 décembre.
La Fed a réitéré à plusieurs reprises son attachement au facteur travail dans sa grille d’analyse d’ensemble pour déterminé s’il y avait lieu d’amorcer sa stratégie de sortie de sa politique monétaire ultra accommodante par la diminution de son programme d’achat d’actifs, à hauteur de 85 milliards tous les mois.