EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

  Actualités

La bourse italienne aurait-elle fini sa lune de miel ?(Mirabaud)

AOF - Tous droits réservés.

Après sa hausse vertigineuse au cours du premier trimestre, la bourse italienne a brusquement chuté au début du mois de mai, observe l'équipe de recherche de Mirabaud dans sa stratégie d'investissement pour juin 2014. Précisément, l'indicateur vedette des actions italiennes a dévissé de plus de 6% en l'espace de deux semaines. Pour le gérant, ce violent retournement est imputable à la publication de la croissance économique du pays, en contraction de 0,1%, soit une amère déception par rapport aux attentes d'une progression d'environ 0,2% selon le consensus du marché.


Fort de son avancée en début d'année, l'indice des titres cotés à la bourse de Milan conserve toutefois son premier rang au sein des marchés développés en termes de performance cumulée depuis le premier janvier. En particulier, le différentiel est encore de l'ordre de 10% par rapport au marché allemand. Mais l'avantage va-t-il se creuser ou au contraire se réduire ?

Que nous disent les fondamentaux ? La faiblesse de la croissance déplorée semble essentiellement le résultat de la demande intérieure, souligne Mirabaud. En effet, les ventes au détail n'ont pas cessé de reculer depuis le début de l'année. Si le sentiment du consommateur s'est amélioré, la progression ne transparaît pas encore dans les statistiques de consommation. À l'image de la demande interne qui demeure, pour l'instant, en berne, les importations ont fléchi durant l'hiver dernier. Au contraire, les exportations n'ont cessé d'augmenter, accentuant le surplus de la balance commerciale.

L'examen de la croissance allemande aboutit à une conclusion bien différente : le rythme d'activité en Allemagne au cours du premier trimestre s'explique par une poussée de la demande intérieure et non par la force des exportations ! Le tant attendu et nécessaire rebalancement au sein de la zone euro serait-il en train de prendre forme ?

Pour Mirabaud, il est certes trop tôt pour pouvoir l'affirmer, mais le gérant continue de favoriser cette hypothèse en vertu de l'implémentation de réformes structurelles. Le redressement économique de la zone euro en dépend. Les politiciens doivent en être conscients. Ne pas s'efforcer d'en prendre le chemin présente le risque de relancer la crise de l'Union monétaire. À ce titre, Mirabaud maintient sa position haussière concernant les actions dont il est question.
Publié le 25 Juin 2014 - 15h43

2014 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

  Actualités des fonds

a la une

interview

Dirigeant
Raphaël  Tréguier : Directeur général Raphaël Tréguier,
Directeur général Cegereal
« La véritable valeur de Cegereal est au-dessus de 33 euros par action »

dossier

Le PEA-PME, un produit de niche?

Le PEA-PME, un produit de niche?

(Easybourse.com) Depuis son lancement en début d'année, le PEA-PME connaît un... suite

Interview Gérant  
 

Nelly Davies, Gérante

Tocqueville Finance 18/03/2013

Merci de renseigner ce champ

« Nous n'investissons que dans des sociétés que nous comprenons »

EspacePédagogique

Les Fiches Le Lexique