EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

  Actualités

La probabilité d'un recours de la BCE à un programmede rachats d'actifs augmente, estime ING IM

AOF - Tous droits réservés.

Alors que la fragile reprise économique se poursuit dans la zone euro, les craintes relatives à l'inflation augmentent indique ING Investment Management fin avril. En mars, l'inflation est en effet redescendue à 0,5% en termes annualisés, soit son niveau le plus faible des quatre dernières années. L'inflation sous-jacente, ne tenant pas compte des prix volatils de l'énergie et de l'alimentation, s'est élevée à 0,7% en mars, contre 1% en février.

Le faible niveau inattendu de l'inflation accroît les pressions s'exerçant sur la BCE pour qu'elle adopte des mesures non conventionnelles pour lutter contre la déflation. Cinq des dix-huit États membres de la zone euro - dont l'Espagne, le Portugal et la Grèce - sont déjà confrontés à de la déflation.

Pour le gérant, la faiblesse de l'inflation est notamment imputable à la vigueur persistante de l'euro. Le président de la BCE, Mario Draghi, a déjà déclaré que la banque centrale n'hésitera pas à introduire un assouplissement quantitatif si l'euro reste fort vis-à-vis du dollar et si les chiffres de l'inflation le justifient. Contrairement à la Fed et à la Banque d'Angleterre, la BCE n'a pas encore adopté d'assouplissement quantitatif, c'est-à-dire le rachat d'actifs sur le marché. La probabilité qu'elle le fasse a désormais augmenté. La BCE devrait initialement acheter des titres adossés à des actifs (ABS) afin de soutenir les petites et moyennes entreprises. Compte tenu de la petite taille de ce marché, la stratégie de la BCE pourrait cependant perturber le marché. Si la BCE devait introduire un assouplissement quantitatif, il semble dès lors qu'elle ne pourrait éviter le rachat d'obligations d'État.

Comme d'habitude, Draghi tente d'abord d'influencer les marchés par des interventions verbales, remarque ING IM. Jusqu'à présent, ceci n'a toutefois pas aidé à faire baisser l'euro considérablement. Celui-ci demeure fort en raison notamment du grand intérêt des investisseurs pour les obligations d'État des pays périphériques de la zone euro.
Publié le 02 Mai 2014 - 14h59

2014 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

  Actualités des fonds

a la une

dossier

Unibail, Klepierre, Mercialys, Icade, Foncière des régions, Gecina, Tour Eiffel, faut-il encore miser sur les foncières?

Unibail, Klepierre, Mercialys, Icade, Foncière des régions, Gecina, Tour Eiffel, faut-il encore miser sur les foncières?

(Easybourse.com) Près de 25% de performance pour Frey, plus de 18% pour... suite

Interview Gérant  
 

Nelly Davies, Gérante

Tocqueville Finance 18/03/2013

Merci de renseigner ce champ

« Nous n'investissons que dans des sociétés que nous comprenons »

EspacePédagogique

Les Fiches Le Lexique