Le groupe Nicox qui emploie 40 personnes en R&D et 19 personnes dans les fonctions support d’après son rapport semestriel a décidé de se séparer d’un tiers de ses effectifs.
La société avait déjà entrepris une restructuration importante en 2010-en procédant au licenciement de la moitié de son personnel travaillant dans le siège social, du tiers de ses employés de sa filiale italienne et en fermant ses bureaux américains.
Ces mouvements étaient intervenues à la suite de la décision de l'autorité américaine des médicaments, la FDA (Food and Drug Administration), de rejeter l’approbation d’un médicament phare, le naproxcinod, un anti-inflammatoire destiné au traitement de l'arthrose.
Cette nouvelle vague de licenciement est notamment justifiée par l’environnement économique et financier assombri dans lequel s’inscrit la société. Nicox a fait état d’une perte nette de 10,4 millions d'euros sur les neuf premiers mois 2011.
A fin septembre dernier, la société était à la tête de 96,2 millions d'euros de trésorerie et équivalents.

Cette annonce profite au titre qui grimpe de 2,27% vers 11h à 0,9 euro. L’action affiche une chute de près de 60% depuis le début de l’année.
Aurel BGC signale conserver une opinion positive sur la valeur et fixe l'objectif de cours à deux euros.