EADS ne connaît pas la crise. En 2012, le groupe prévoit de recruter 9000 personnes, dont 4000 en contrats temporaires, a annoncé mardi son PDG, Louis Gallois. Ce dernier a évoqué «une très bonne année 2011» pour le groupe d’aéronautique et de défense, qui a recruté 5000 personnes en 2011.

L’activité d’EADS a notamment été tirée par Airbus, dont les commandes ont battu tous les records en 2011. Avec 1419 commandes nettes et 534 livraisons, l’avionneur européen distance largement son concurrent américain, Boeing (805 commandes). Son carnet de commandes s'élevait à fin décembre à 4 437 unités, soit sept à huit ans de production, ce qui le pousse à augmenter ses capacités. A lui seul, Airbus a embauché et formé 4 400 personnes en 2011 et compte encore en embaucher plus de 4 000 cette année, a précisé son PDG, l’allemand Tom Enders.

Seule ombre au tableau, Airbus affiche des coûts plus élevés que Boeing, après avoir consenti de lourds investissements pour le renouvellement de sa gamme (notamment avec l’A320 NEO et le long-courrier A350). «Il est désormais temps de faire croître la profitabilité», a indiqué Louis Gallois tout en ajoutant: «Nous sommes une partie de l'Europe qui marche».

Les investisseurs ne s’y sont pas trompés : en 2011, le titre EADS a enregistré la plus forte hausse du CAC 40 (+38%). En 2012, il affiche une hausse 6% soutenue notamment par la récente chute de l’euro face au dollar.