Face à la concurrence des compagnies à bas coûts et à la dégradation de ses états financiers, Air France va tailler dans ses frais de personnel. La compagnie a annoncé jeudi son intention de supprimer plus de 5000 postes d’ici fin 2013, ce qui passera par des plans de départs volontaires et par différentes mesures d’accompagnement visant toutes les catégories de personnel.

« Le projet industriel et les nouvelles dispositions conventionnelles en cours de négociation conduisent à une baisse des effectifs de la société Air France de 5 120 d'ici décembre 2013 sur un total de 49 300 salariés sous contrat français. Le nombre de départs naturels non remplacés sur la période est estimé à 1 710 et les sureffectifs à 3 410 », précise la compagnie dans un communiqué. « Les modalités de traitement des sureffectifs excluront le recours à des départs contraints d'ici fin 2013 », ajoute-t-elle.

Pas de garantie sur l'emploi en 2014

Parmi les mesures envisagées figurent un plan de départ anticipé à la retraite, un plan de départs volontaires (pour les salariés plus jeunes), des mesures d'incitation « ciblées » au passage à temps partiel ainsi que des mesures de partage du temps de travail pour les personnels navigants commerciaux et techniques.

« L'actuelle dynamique des discussions avec les organisations syndicales permettra, conformément au calendrier prévu, de consulter le Comité Central d'entreprise le 28 juin sur des projets d'accords en ligne avec cet objectif. Ces accords seront ensuite mis à la signature des organisations syndicales au début juillet », indique par ailleurs la compagnie.

Le calendrier s’annonce cependant serré pour la compagnie, qui ne disposera que d’un an pour atteindre son objectif. « Une évaluation de l'état d'avancement du plan Transform 2015 sera conduite au second semestre 2013. Si son déroulement est conforme aux objectifs, le recours à des départs contraints sera également évité en 2014 », annonce-t-elle. Dans le cas contraire, des licenciements sont à prévoir.
Vers 12h30, le titre de 6,7% à la Bourse de Paris sur un marché en baisse de 0,4%.