Comme prévu, Air France a annoncé jeudi d'importantes réductions d’effectifs dans le cadre de son plan d’économies visant à améliorer la rentabilité de 20% d’ici 2015. La compagnie prévoit de supprimer 5122 postes, toutes catégories confondues, d’ici fin 2013.

Une partie (1712 postes) correspond à des départs non remplacés, le reste (3140 postes) étant considéré comme des « sureffectifs ». Les personnels aux sols seront les premiers touchés par les « mesures d’accompagnement » (plans de départs volontaires, temps partiel ou partage du temps de travail) prévues par la compagnie. Sur un effectif de 39 000 personnels au sol, le plus important de la compagnie, Air France vise environ 2000 départs (sans licenciement).

Le personnel navigant sera également mis à contribution avec environ 900 départs prévus d’ici fin 2013. Quant aux pilotes, leur sureffectif est estimé à 212 personnes (sur un total de 4120). Proportionnellement, il s’agit de la catégorie la moins visée par le plan. Air France est en effet plus réticente à se séparer d’une ressource rare qui pourrait venir à manquer en cas de reprise du trafic aérien plus forte que prévu. Par ailleurs, le bénéfice d’un plan de départ pour cette catégorie de personnel risque d’être moindre en raison de primes de départ plus élevées.

La compagnie a peut-être trouvé une solution avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), qui consiste à « prêter » un certain nombre de pilotes à d’autres compagnies, chinoises notamment (voir notre article). Elle n’en a cependant pas fait mention ce jeudi.

Vers 15h30, le titre Air France-KLM caracole toujours en tête du SBF 120, prenant 6,9% sur un marché en hausse de 0,5%.