« C'est un moment historique pour Airbus ». C’est par ces mots que Christopher Buckley, vice-président d'Airbus pour l'Europe, a salué la commande de quatre A380 par la compagnie russe Transaero. Il s’agit en effet du premier contrat pour le « super-jumbo » d’Airbus dans la région, et a fortiori du premier gros contrat : 1,7 milliard de dollars au prix catalogue. « Nous pensons que la compagnie ne s'arrêtera pas à ces quatre avions et espérons qu'il y aura d'autres A380 qui s'ajouteront à ces premiers », a indiqué M. Buckley.

Avec ce contrat, l'A380 totalise 257 commandes destinées à 20 clients du monde entier, précise Airbus dans un communiqué. Ces derniers mois, l’avion a cependant créé quelques soucis à son fabricant qui a dû trouver une solution aux fissures repérées sur les ailes de certains A380 en service. Airbus a inscrit au premier trimestre une charge supplémentaire de 158 millions d'euros au titre des réparations des 71 appareils livrés à la fin mars et devrait supporter d’autres charges sur les appareils en cours de fabrication.

Marque de confiance

Transaero bénéficiera quant à elle des modifications apportées dans la conception des ailes et qui seront intégrées sur les appareils fabriqués à compter de 2013. La livraison des quatre A380 à la deuxième compagnie russe est prévue pour 2015.

Cette commande est satisfaisante à double titre pour Airbus : d’une part, parce que la compagnie s'équipait auparavant quasi-exclusivement chez Boeing, d’autre part parce qu’elle constitue une marque de confiance dans l’A380, sur lequel le groupe fonde de grands espoirs au regard de l’augmentation continue du trafic aérien mondial.

Les quatre appareils vont notamment effectuer des vols entre la capitale russe, Moscou, et des pays d'Asie du sud-est et de la région Caraïbes.

Vers 16h50, le titre d’EADS, la maison-mère d’Airbus, avance de 1,8% sur un marché parisien en hausse de 0,3%.