La grand-messe aéronautique du Bourget s’est soldée dimanche par un nouveau record d’affluence. Le plus grand salon aéronautique du monde a attiré plus de 350 000 visiteurs, un chiffre en hausse de 11% par rapport à la précédente édition, mais les commandes sont en léger retrait à 130 milliards d’euros contre 150 milliards il y a deux ans.

Airbus et Boeing ont engrangé pour plus de 100 milliards de dollars de contrats. Au match des commandes fermes, la firme de Seattle (145 appareils, 18,6 milliards de dollars) a coiffé au poteau son rival (124 appareils, 16,3 milliards de dollars). En comptant options et intentions d'achat, Airbus (421 appareils, 57 milliards de dollars) a terminé loin devant Boeing (331 avions, 50,2 milliards de dollars). L’avionneur européen fait toutefois moins bien qu’il y a deux ans, où il avait engrangé pour près de 40 milliards de commandes fermes.

« Nous savions que les commandes n'allaient pas battre les records de 2013 ou de 2011, mais elles sont conformes à nos prévisions, plus de 100 commandes d'avions par jour », a fait valoir Marwan Lahoud, numéro deux d'Airbus, dans le Journal du Dimanche. Les trois quarts des commandes portent sur les « best sellers » d’Airbus, l’A320 neo et l’A321 neo, auxquels il faut ajouter une trentaine d’A330. L’A350 XWB, le dernier né de la gamme, a quant à lui effectué son premier vol de démonstration lundi et engrangé une commande portant sur 30 appareils, sous réserve de confirmation par la compagnie indonésienne Garuda.

En revanche l’A380 n’a pas séduit de nouveau client. Airbus a dit s’attendre à une commande de son super-jumbo avant la fin de l'année et doit décider dans les prochains mois s’il se lance ou non dans une remotorisation afin d'en réduire la consommation de carburant.