L'horizon se dégage pour Air France. Le premier syndicat de pilotes de la compagnie, le SNPL, a validé lundi la création d'une compagnie à coûts réduits sur moyen et long-courrier, 78,2 % de ses adhérents ayant dit « oui » au projet stratégique de l'entreprise.

Le plan stratégique « Trust Together », négocié pendant de longs mois entre la direction d'Air France et les deux syndicats de pilotes (SNPL et Spaf) sera « signé par le SNPL Air France dans les toutes prochaines heures », a annoncé le syndicat. Outre la création de la nouvelle compagnie, il prévoit « des efforts de productivité à hauteur de 40 millions d'euros annuels ainsi qu'un processus de rattrapage des parts de production perdues » par Air France ces dernières années aux dépens de KLM. Le bureau du SNPL avait mis au vote un projet alternatif au texte de la direction. Son contre-projet n'a obtenu que 16,4 % des suffrages.

Grâce à ce feu vert, Air France pourrait lancer dès l'automne sur moyen-courrier puis à l'été 2018 sur long-courrier sa nouvelle compagnie, dont l'objectif est de maintenir les lignes actuellement déficitaires, voire d'en ouvrir de nouvelles, grâce à des coûts d'exploitation réduits de 15 à 18%.

Les négociations entre Air France et les deux syndicats de pilotes, SNPL et Spaf, avaient repris en décembre après deux ans de blocages. Le SNPL, majoritaire, a finalement accepté à reculons le principe d'une filiale, se pliant au résultat d'un vote des pilotes. Mais il a obtenu en échange que les vols "Boost" (nom provisoire de la nouvelle compagnie) soient opérés par des pilotes d'Air France, avec des conditions de travail et de rémunération inchangées. Les hôtesses et stewards seront en revanche recrutés en externe, à un coût inférieur à celui d'Air France, et une partie du personnel au sol sera externalisé.

A terme, la filiale doit compter dix-huit moyen-courriers et dix long-courriers. Le groupe tricolore espère ainsi mieux lutter face à la concurrence de plus en plus vive des low-cost et des compagnies du Golfe.

Vers 11h45, l'action Air France s'apprécie de 1,8% à la bourse de Paris, sur un marché en baisse de 0,2%.