Espace Aéronautique - News, articles, interviews et dossiers

L'industrie spatiale européenne est toujours dans le coup

L'industrie spatiale européenne est toujours dans le coup

(Easybourse.com) Malgré un marché domestique atone, les constructeurs de satellites européens assurent leur leadership à travers le monde et entendent le conserver. Le besoin d'infrastructures des pays émergents et les nouvelles technologies doivent soutenir la croissance pour les dix prochaines années.

À lire dans ce dossier.

L'industrie spatiale européenne a encore de beaux jours devant elle. Au fil des ans, et grâce à une organisation industrielle concertée et efficace, les Européens ont su développer une industrie spatiale de pointe. Les Européens ont également profité d'un espace laissé en friche par les américains. Ceux-ci ont préféré se cantonner sur leur marché domestique pour des raisons de sécurité intérieure. Du coup, les satellites Européens s'accaparent près de 40% du marché mondial en valeur. Seuls quelques satellites américains, à très forte valeur technologique parviennent à grignoter des parts de ce marché en valeur.

Un marché de 55 milliards de dollars

Il n'empêche ! La manne pourrait être abondante dans les prochaines années pour l'industrie spatiale européenne. D'après Euroconsult, plus de 1200 satellites doivent être lancés dans les dix prochaines années dans le monde, soit un marché de près de 200 milliards de dollars. Un chiffre à contraster, puisque moins d'un cinquième de ces commandes feront l'objet d'une transaction commerciale, le reste faisant partie de lancements gouvernementaux (la Chine, l'Inde et la Russie disposent de leurs propres constructeurs et rampes de lancements spécifiques). Pour les constructeurs européens, la partie commerciale reste un marché où ils doivent conforter leur position puisqu'il est valorisé près de 55 milliards de dollars. Ils le doivent d'autant plus que leur marché domestique a atteint la maturité. Les opérateurs et gouvernements de l'Union semblent déjà bien équipés.

La croissance se trouve dans les pays émergents où les besoins en infrastructures satellites sont importants. Ces pays ont beau présenter des ambitions dans la production de satellites commerciaux, ils sont encore loin d'avoir acquis le niveau de fiabilité des appareils européens. Pour Rachel Villain, directrice du cabinet spécialisé Euroconsult, le marché sera également porté par la multiplication des applications satellites disponibles.

Nouvelles technologies, nouveaux satellites

Ainsi, la révolution de la télévision numérique, ou de l'internet haut débit va pousser les opérateurs d'infrastructures à disposer de satellites beaucoup plus performants. Ainsi, en 2009, on comptait près de 27 000 chaînes satellites dans le monde, elles seront près de 40 000 dans dix ans. Elles devront être en haute définition et afficher la 3D ce qui implique des débits plus importants et de meilleure qualité. Les télécommunications par satellites vont également se développer. Iridium et Globalstar s'apprêtent à lancer un appel d'offres pour créer de nouvelles constellations satellitaires.

En réalité, ces opérateurs vont voir leur clientèle s'élargir. Les entreprises seront de plus en plus acheteuses de services par satellites. «France Telecom réalise déjà 500 millions d'euros de chiffres d'affaires avec sa filiale Vizada en revendant des services de navigation maritime» illustre Rachel Villain. La spécialiste estime toutefois que trop de PME subissent la concurrence d'agences gouvernementales, qui s'octroient des positions monopolistiques. «Aux Etats-Unis, il y a une règle simple, le gouvernement ne rentre pas en concurrence sur un service si une société privée peut le fournir» analyse Mme Villain. Le message est clair, les gouvernements doivent redescendre sur Terre…
Nabil Bourassi

Publié le 17 Septembre 2010