Selon Eurostat, les prix au sein de la zone euro auraient augmenté de 0,2% en août, sur un glissement annuel, de manière identique à juillet. Le consensus tablait sur une progression de 0,1%.

Les prix de l’énergie auraient reculé de 7,1% (après -5,6%) par rapport à août 2014. Le cours du baril est passé de plus de 60 dollars au début du mois de juillet à 43 dollars la semaine dernière. Pour de nombreux économistes, les effets de la chute du prix de l’or noir ne se seraient pas encore faits totalement ressentir.

Les prix des denrées alimentaires, se seraient élevés de 0,6%. Ceux des produits alimentaires non transformés auraient augmenté de 2,3%, après 1,4% en juillet.
L’inflation des biens manufacturiers apparait en variation à +0,6% et celle des services à +1,2%.

En excluant les prix de l’énergie et des produits alimentaires, l’inflation de base aurait atteint 0,9%, le même niveau qu’en juillet.

Pour certains, comme Dominique Barbet, économiste de marché au sein de BNP Paribas, la stabilisation de cette inflation militerait pour un statut quo de la BCE à l’issue de la réunion du Conseil des gouverneurs qui doit avoir lieu cette semaine.

Le président de la Banque centrale, Mario Draghi, pourrait cependant mettre l’accent sur le fait que l’institution monétaire est prête à réagir dans le cas où l’inflation venait à reculer ou échouait à remonter davantage.