Vilmorin, quatrième semencier mondial, suit attentivement les grandes manœuvres en cours dans le secteur de l’agrochimie. Le directeur général du groupe Emmanuel Rougier a déclaré son « intérêt » pour les activités de semences potagères de Syngenta, que le groupe suisse souhaiterait vendre pour 2 milliards de dollars. « Même si le prix de vente apparaît élevé, le financement d'une offre par Vilmorin n'est pas impossible », a indiqué M. Rougier à nos confrères de Boursier.com. « Notre intérêt est toutefois conditionné à la profitabilité de la cible et à la constitution de l'activité mise en vente ».

Syngenta a évoqué en septembre une mise en vente de sa division de semences potagères, qui réalise un chiffre d’affaires d’environ 650 millions de dollars. Mais le groupe « réévalue actuellement cette décision » a indiqué son président mercredi au journal zurichois « Tages-Anzeiger ». Il a précisé que Syngenta était en discussions avec plusieurs poids lourds du secteur de l’agrochimie en vue de réaliser des coentreprises ou des acquisitions, après avoir rejeté plusieurs offres de rachat de l’américain Monsanto qui souhaitait l’avaler pour 47 milliards de dollars.

Ces discussions devraient aboutir dans le courant du premier semestre 2016. En attendant Vilmorin devra prendre son mal en patience. Mais « dès lors que le numéro 3 (des semences potagères, Syngenta, ndlr) arrive sur le marché, le numéro 2 (Vilmorin) ne peut détourner la tête », ajoute Emmanuel Rougier.