Une semaine après son entrée au capital de la marque tricolore Michel et Augustin, Danone casse sa tirelire aux Etats-Unis. Le groupe a annoncé jeudi le rachat pour 12,5 milliards de dollars de la société Whitewave Foods, leader sur le marché des produits laitiers bio et des alternatives végétales au lait de vache (lait de soja, amande, coco, etc).

L’opération a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux sociétés et sera soumise à l'approbation des actionnaires de Whitewave Foods pour une conclusion prévue avant la fin de l'année. Le prix offert - 56,25 dollars par action – représente une prime de 24% sur le cours moyen des 30 derniers jours et sera financée intégralement par de la dette, a précisé Danone dans un communiqué.

Le titre signait la plus forte hausse du CAC 40 jeudi à la mi-journée (+5,3%). Les analystes de Morgan Stanley saluent une opération "surprise" qui confère à Danone "une position de leader dans des catégories à forte croissance comme l'alimentation et les boissons bio ".

"Révolution alimentaire"

Whitewave Foods a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 3,9 milliards de dollars, aux trois-quarts sur le continent américain et le reste en Europe. Ses ventes ont progressé de 13%, une croissance nettement supérieure à celle de la division Produits Laitiers frais de Danone (+0,6% à 11 milliards d'euros). "Au cours des quatre dernières années, WhiteWave a été l’entreprise alimentaire qui a connu la plus forte croissance aux Etats-Unis et l’une des plus fortes croissances en Europe", souligne Danone.  L'acquisition fera passer la part de l'Amérique du Nord dans le chiffre d'affaires mondial de Danone de 12 à 22%. Le groupe anticipe en outre un "impact relutif solide" sur son bénéfice net par action dès la première année ainsi qu'un apport d'environ 300 millions d'euros sur le résultat opérationnel à horizon 2020.

"Ce rapprochement nous permettra de mieux répondre aux nouvelles tendances de consommation et représente une avancée majeure dans l’engagement de Danone à mener une révolution de l’alimentation. Il nous permettra également d’accélérer notre marche vers une croissance forte, durable et rentable à l’horizon 2020 et de renforcer notre résilience en intensifiant notre présence en Amérique du Nord" a commenté le directeur général de Danone, Emmanuel Faber, dans un communiqué. Le groupe s'attend à conserver sa note de crédit « strong investment grade » malgré l'augmentation annoncée de sa dette.