Espace Agroalimentaire - News, articles, interviews et dossiers

Marie Brizard: en repli, un analyste n'est plus à l'achat

Publié le 02 Février 2018

Copyright © 2019 CercleFinance

-

(CercleFinance.com) - Le titre perd près de 1% à la Bourse de Paris après l'abaissement de recommandation de Bryan, Garnier & Co. Le bureau d'analyses a révoqué son conseil d'achat sur l'action du groupe de spiritueux français. Sabrant 'une croissance de faible qualité', les analystes adoptent un conseil neutre sur la valeur et réduisent dans la foulée leur objectif de cours de 14,8 à 11 euros (- 25,7%).

La note de recherche reconnaît que pour MBWS, 'la croissance est revenue' puisqu'en données organiques, le taux de progression des ventes est passé de 3,9% au 1er semestre 2017 à 7,5% au 3e trimestre. Soit, mais ce dynamisme se concentre sur la branche 'Autres activités', soit la vente de gros extérieure aux marques du groupe (Marie Brizard, William Peel, cognacs Gautier...). Alors que la situation desdites marques (56% du CA) 's'est fortement détériorée depuis le début de l'année (2017) à cause de la France, de la Pologne et des États-Unis.

' Il s'agit donc, tranche Bryan Garnier, 'd'une croissance de faible qualité' qui devrait d'ailleurs ralentir et 'décevoir' au 4e trimestre, à 4,8%, pronostiquent les spécialistes. Ce 'mix produit' défavorable 'n'est pas une bonne nouvelle pour l'EBITDA de l'exercice 2017', que les analystes attendent à désormais à 13 millions d'euros (- 2 millions d'euros), là où le consensus se situe à 17 millions. Et cette tendance devrait se poursuivre. Que penser des objectifs à terme de la direction, qui vise (en 2020, et non plus en 2018 comme elle le pensait initialement) réaliser un CA de 590 à 660 millions, et un EBITDA de 68 à 77 millions ? Bryan Garnier n'y croit pas et anticipe plutôt 574 millions de CA et un EBITDA de seulement 25 millions, contre 60 millions auparavant.

Certes, Bryan Garnier ne passe pas à la vente : MBWS ne devrait pas lancer de 'warning', estiment les analystes, qui évoquent 'un probable changement au tour de table, qu'il s'agisse d'une offre publique d'achat ou d'une fusion inversée', indique une note, qui souligne ainsi l'intérêt spéculatif du dossier. Quoi qu'il en soit, 'étant donné l'incertitude du 'timing' (de cette éventuelle opération capitalistique, ndlr), nous estimons que le titre devrait continuer de souffrir à court terme', termine la note.Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

CercleFinance

OK, tout accepter
Fermer