Actuellement, pour avoir droit au bonus automobile de 700 euros, l'automobiliste doit acheter une voiture qui consomme entre 101 à 120 grammes de CO2 par kilomètre. A l'inverse, un véhicule qui consomme plus de 161 grammes par kilomètre de CO2 donne lieu à un malus automobile de 750 euros.

D'après Les Echos, au 1er janvier prochain, les seuils d'application pour le bous comme pour le malus devraient être durcis. Ainsi, pour toucher un bonus de 700 euros, le véhicule devrait n'émettre qu'entre 96 et 115 grammes de CO2, tandis que le malus de 750 euros se déclencherait pour une émission de plus de 156 grammes de CO2 au kilomètre, rapporte le quotidien économique.

Ce dispositif représente un certain coût pour l'Etat. Au total cette année, le bonus devrait coûter 710 millions d'euros, soit deux fois plus que ce qui était prévu. Le malus devrait rapporter 'quelque 200 millions d'euros, dans le meilleur des cas. Le déficit annuel pour l'Etat du bonus-malus devrait s'établir autour de 500 millions d'euros', selon le journal.

Néanmoins, contrairement à l'an dernier, le gouvernement ne devrait pas réduire le montant du bonus en valeur absolue, qui peut atteindre jusqu'à 5 000 euros pour les véhicules les plus verts, avance le quotidien.