Le constructeur automobile allemand Volkswagen veut passer à la vitesse supérieure. Son ambition, détrôner le constructeur japonais Toyota de sa place de numéro un mondial. Ses moyens, des investissements massifs de plus de 50 milliards d'euros dans sa division automobile d'ici à 2015.

Sur cette somme de 51,6 milliards d'euros, le constructeur allemand prévoit d'investir 27,7 milliards d'euros pour étendre et restructurer ses gammes de produits dans l'ensemble de ses marques, en se concentrant notamment sur le développement des véhicules hybrides et électriques. Volkswagen possède neuf marques dont Seat, Lamborghini, Skoda ou Audi, et est en train d'intégrer Porsche.

Volkswagen vise la place de numéro 1 mondial d'ici 2018

VW compte ainsi investir 41,3 milliards d'euros dans ses usines, ses terrains et ses équipements, dont plus de la moitié en Allemagne. De plus, il est prévu que les coentreprises du groupe en Chine investissent 10,6 milliards d'euros supplémentaires financés sur leurs liquidités propres, dans les cinq prochaines années. En 2009, le groupe allemand avait annoncé 25,8 milliards d'euros d'investissements entre 2010 et 2012.

Volkswagen est un des rares constructeurs automobiles à s'être sorti de la crise sans difficulté majeure, soutenu notamment par le dynamisme du marché automobile en Chine. A fin septembre, VW disposait d'une trésorerie nette de 19,6 milliards d'euros pour sa division automobile.

Cette trésorerie confortable lui permet de mener une politique de croissance externe dense. Ainsi, VW a déjà fait l'acquisition d'une participation de 20% dans le japonais Suzuki, et serait très intéressé par la marque Alfa Roméo qui appartient au groupe italien Fiat.

Ce vendredi vers 15h20, le titre Volkswagen progressait de près de 1%, à 120,30 euros, à la bourse de Francfort.