Plus fort que Toyota... Nissan! Le constructeur automobile japonais a annoncé des résultats multipliés par sept pour son exercice 2010-2011 clos fin mars, alors que son compatriote a dû se contenter de les multiplier par trois (sic). Nissan a ainsi dégagé un bénéfice net d'exploitation de 4,7 milliards d'euros et un bénéfice net de 2,8 milliards d'euros. Une bonne nouvelle pour Renault qui possède 44% du groupe japonais.

Le chiffre d'affaires atteint 77,5 milliards d'euros en hausse de 16,7% sur un an. Le groupe profite de la dynamique du marché chinois où ses ventes ont augmenté de 35,5%, mais a également tiré profit du rebond du marché nord-américain où ses ventes ont progressé de 16,6%. Nissan voit sa stratégie commerciale agressive récompensée en Europe où ses immatriculations ont augmenté de 19%, sur un marché pourtant morose.

Point commun avec Toyota, Nissan refuse d'émettre la moindre hypothèse pour l'exercice 2011-2012. La succession de catastrophes survenues au Japon (séisme, tsunami, accident nucléaire) a complètement désorganisé la filière automobile japonaise. La production de Nissan est à 50% de ses capacités. Carlos Ghosn, PDG du groupe, affirme que le groupe cherche des solutions pour ses approvisionnements en pièces détachées. A l'instar de son grand rival et compatriote, Nissan table sur un retour à la normale à partir d'octobre seulement.