PSA a enfin obtenu le fameux sésame ! L’autorité chinoise qui contrôle les investissements et les partenariats en Chine vient de donner son feu vert à son projet de partenariat avec Changan Automobile Group. La nouvelle entité, Changan PSA Automobile Co Ltd (CAPSA), doit permettre au constructeur français d’engager une nouvelle phase dans son développement en Chine.

Cette joint-venture sera détenue à 50% par chacune des deux parties. Elle sera basée à Shenzhen. La structure existe déjà mais sera rénovée avant de voir l’ouverture d’une seconde ligne de production. L’usine sera alors opérationnelle au second semestre 2012 et produira 200 000 véhicules par an. La structure sera également dotée d’un centre de R&D spécifique. Ce dispositif complète ainsi le partenariat actuel avec Dong Feng qui opère deux usines de 300 000 et 150 000 voitures par an.

Le renforcement du positionnement haut-de-gamme

La nouvelle joint-venture va permettre au groupe français d’élargir son catalogue premium grâce à l'introduction de la ligne DS sur le marché chinois. D'ailleurs, le groupe français avait, habilement, réservé au salon automobile de Shanghaï la présentation du dernier opus de cette série, la DS5. Déjà, PSA se félicite du bon accueil de la Peugeot 408 sur ce marché, et attend désormais de connaitre le succès de la 508 qui sera lancé à l’automne. Mais la nouvelle joint-venture vise à lancer également une gamme de véhicules utilitaires légers, ainsi qu'une marque spécifique qui pourrait être une marque d'entrée de gamme.

Le constructeur français vise une part de marché de 8% en Chine à horizon 2015, contre une part de marché actuelle de 3,2%. Une gageure au vu du nombre d’acteurs présents sur place, et aux investissements qu’ils y engagent. Le projet CAPSA représente un investissement de 8,4 milliards de yuan, soit 935 millions d’euros. La part de PSA doit s’élever à 2 milliards de yuan, soit 220 millions d’euros. Par comparaison, Volkswagen prévoit d’investir plus de 10 milliards d’euros entre 2011 et 2015 en Chine.