Volkswagen est-il résolu à prendre le contrôle du constructeur automobile japonais Suzuki à n'importe quel prix? D'après Der Spiegel, le constructeur allemand songerait à lancer une OPA sur le groupe dont il détient déjà 19% du capital. Le journal allemand explique que Volkswagen pourrait juridiquement lancer cette offre dès lors que le contrat d'alliance aura été dénoncé par Suzuki lui-même.

Le groupe japonais qui avait consenti une alliance capitalistique en 2010 avec le numéro un européen, se plaint depuis plusieurs mois du diktat de celui-ci et de sa propension à s'immiscer dans les affaires internes du groupe. Le PDG de Suzuki a fini par demander la fin de cette alliance. De son côté, Volkswagen s'était contenté de reconnaître que l'alliance n'évoluait pas dans le bon sens et qu'il s'interrogeait sur ce qu'il convenait désormais de faire. Pour le constructeur allemand, Suzuki est une marque puissante au Japon, notamment sur le créneau des très petites voitures, très en vogue dans l'archipel. Mais la marque japonaise détient également de très fortes positions en Inde où il est numéro un grâce à une joint-venture avec un constructeur local.

La difficulté pour le groupe allemand sera de lancer une OPA hostile dans un pays qui réprouve ces méthodes. Les OPA hostiles sont extrêmement rares et sont très mal vues au Japon, ce qui pourrait ainsi poser pour Volkswagen un problème du point de vue de sa seule faisabilité.