Les réductions d’effectifs se précisent chez PSA. Les mesures annoncées hier lors d’un Comité central d’entreprise extraordinaire confirment la volonté du groupe de baisser ses coûts, et laissent planer le doute sur l’avenir du site d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Dans un premier temps, 300 contrats d'intérimaires ne seront pas renouvelés à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Par ailleurs, le plan de départs volontaires mis en place en début d’année est prolongé jusqu’en décembre, avec un objectif de 115 départs volontaires d’ici la fin 2012. «On vide un peu plus l'usine», a déploré Jean-Pierre Mercier, responsable CGT, alors que des rumeurs d’une fermeture du site en 2014 circulent depuis plusieurs mois. L’avenir de l’usine d’Aulnay-sous-Bois au-delà de la production de la C3 «reste à définir», avait reconnu le président du directoire, Philippe Varin, la semaine dernière.

D’autre part, PSA entend tailler dans ses effectifs en intérim. Ces derniers représentent actuellement10% des effectifs du groupe en France, soit environ 10 000 postes. Interrogée pour savoir combien étaient menacés, une porte-parole du groupe a déclaré qu’il était «beaucoup trop tôt» pour le dire. Pour les syndicats, cela risque d’accélérer la fermeture det ceraines usines. Certains d’entre eux craignent que les annonces les plus douloureuses soient reportées après les élections présidentielles de 2012.

Vers 14h15, l’action Peugeot recule de 4,3% à la Bourse de Paris, sur un marché en baisse de 2,4%.