Quelle insolence ! Tandis que Renault et PSA en sont réduits à des mesures de chômages partiels, les équipementiers automobiles continuent de vivre dans la volupté. Faurecia affiche ainsi une très forte hausse de son chiffre d’affaires au troisième trimestre : +16% à 3,787 milliards d’euros. Le français estime que sa diversification géographique lui a permis de soutenir sa croissance. Son activité a ainsi augmenté de 26% en Amérique du Nord, de 23% en Amérique du Sud et de 21% en Asie. Même en Europe, l’activité n’a pas flanché et a augmenté de 9%, soutenue par des pays très exportateurs comme l’Allemagne.

Faurecia profite également de la consolidation de plusieurs acquisitions récentes dont Plastal Espagne, Angell Demmel et Madison. Elles contribuent à hauteur de 96 millions d’euros dans les comptes de l’équipementier automobile. Mais, sur l’exercice cette consolidation parait négligeable puisqu’à périmètre comparable, la hausse de l’activité s’élève à 15,9%.

Par métier, l’activité sièges automobiles a augmenté de 7,9%, les systèmes d’intérieurs de 12,2%, les technologies de contrôle des émissions de 18,1%. La branche Extérieurs d’automobiles s’est envolée de 27% sur le trimestre. « Dans ce contexte, Faurecia confirme ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice 2011 », écrit le communiqué. Sa maison-mère, Peugeot Citroën aimerait pouvoir en dire autant…