Absent du marché chinois, Renault ne veut pas se laisser distancer en Inde, un marché émergent qui l’est plus encore en matière automobile. Il faut dire que tout reste à faire de ce pays de plus d’un milliard d’habitant où se vend 12 fois moins de voitures qu’en Chine. Le pays-continent est en réalité très mal équipé en infrastructures routières et autoroutières ce qui ne favorise pas le développement du marché automobile. Le gouvernement a récemment lancé un plan d’investissement pour moderniser le réseau routier du pays. Le Forum économique mondial n’a-t-il pas classé les infrastructures routières indiennes à la 91è place mondiale pour leur insuffisance et leur état de délabrement avancé ? Autant dire que cet handicap est un véritable frein pour cette économie qui affiche 8% de croissance du PIB par an, mais se laisse distancer par la Chine. Ainsi, New Delhi pourrait investir jusqu’à 1 000 milliards de dollars entre 2012 et 2017 dans le bitume. Les constructeurs automobiles espèrent ainsi faire sortir le consommateur indien du culte des deux roues et des petites voitures pas chers.

Une gamme plus étoffée après l'échec de la Logan

Du coup, les constructeurs automobiles multiplient les initiatives pour prendre pied sur ce marché où le potentiel de croissance est énorme et où tout reste encore à faire au niveau commercial. En 2007, Renault avait lancé sa Logan (sous badge Renault) mais le modèle n’a pas trouvé son public. Trop cher pour les classes moyennes et pas assez chic pour les classes supérieures. Le constructeur français revient donc en Inde avec une nouvelle gamme plus fournie cette fois. La marque au losange propose d’ores et déjà Fluence et Koleos, deux voitures marquée haut-de-gamme. Mais c’est la commercialisation du Pulse, une voiture exclusivement étudiée pour le marché indien, que Renault compte enfin percer sur ce marché. « Pulse constituera le cœur de gamme de Renault en Inde, pays dans lequel quatre voitures vendues sur cinq sont des citadines», écrit Renault dans le communiqué de présentation du véhicule. La voiture sera fabriquée dans l’usine de Chennai qui aura une capacité de 400 000 voitures par an, un chiffre jugé ambitieux compte tenu de la taille du marché indien (1,9 million d'unités en 2010). Mais la Pulse marque la première étape d'une stratégie de masse de Renault en Inde. D’après les analystes, ni Fluence ni Koleos ne devrait fournir de volumes suffisants pour amortir les capacités de l’usine de Chennai. Pour compléter sa stragégie d’industrialisation de masse, le pulse devrait être rejoint l’année prochaine par le Duster, le 4X4 low cost dont le succès a largement dépassé les frontières européennes.

Un millions d'unités en 2013


La Renault Pulse aura les dimensions d’une Twingo et devrait permettre au groupe de dépasser la barre des 100 000 immatriculations en 2013. Pour limiter les coûts de développement, Renault a utilisé une base Nissan. L’Alliance mise sur ce segment pour augmenter ses volumes sur tous les pays émergents et vise le million d’immatriculation à horizon 2013 à partir de cette même plateforme. Les deux constructeurs vont ainsi décliner plusieurs modèles à destination de différents marchés dont la Chine, la Thaïlande et le Mexique.