Et si Saab renaissait de ses cendres encore fumantes ? Le groupe suédois, placé en liquidation judiciaire fin 2011, vient d’être racheté par National Electric Vehicle Sweden AB (NEVS), une société spécialement créée pour l’occasion.

NEVS est détenue à 51% par National Modern Energy Holdings, basée à Hong Kong, et à 49% par Sun Investment, une société d'investissement japonaise. Son président, Karl-Erling Trogen, est un ancien dirigeant de la division de poids lourds de Volvo.

L’objectif de ce groupement d’investisseurs est de faire de Saab un leader mondial du véhicule électrique. Il entend démarrer la production de ces véhicules à l’usine de Trollhättan (sud-ouest de la Suède) où étaient produites les Saab. Le premier modèle sera issu de la Saab 9-3 et commercialisé fin 2013 ou début 2014.

Le syndicat IF Metall, auquel appartient un nombre important d'ouvriers de Saab, s’est félicité de la signature de l'accord et de l'esprit "novateur" des nouveaux propriétaires. « Investir dans les voitures électriques est passionnant (...) Nous n'avons pas assez de voitures électriques en circulation en Suède et nous nous situons loin derrière beaucoup de pays » souligne le syndicat.

Pour assouvir ses ambitions, NEVS prévoit un investissement « à long terme » dans Saab, dont les actifs valent aujourd’hui moins d'un tiers de ses dettes. La société n’a pas souhaité communiquer le montant du rachat.