PSA et BMW vont mettre fin à leur coopération dans les véhicules hybrides. Une porte-parole du groupe allemand a indiqué mercredi à l’agence Bloomberg que les deux constructeurs discutaient des modalités de leur séparation.

Ils avaient créé début 2011 une coentreprise baptisée BMW PEUGEOT Citroën Electrification (BPCE) spécialisée dans le développement et la fabrication de composants pour les véhicules hybrides (packs batteries, machines électriques, générateurs, électronique de puissance, chargeurs). Basée à Munich, cette dernière emploie environ 500 personnes, dont une centaine de salariés de PSA, essentiellement dans la recherche-développement.

D’après latribune.fr, BMW souhaite reprendre l’intégralité de la structure et propose aux salariés de PSA de poursuivre leur travail en Allemagne. La production, qui devait démarrer à l’usine PSA de Mulhouse à compter de la fin 2014, serait « rapatriée » chez BMW. PSA devrait ainsi trouver une autre occupation aux 250 à 300 salariés qui devaient travailler à la fabrication des pièces conçues en Allemagne.

Nouvelles alliances

La fin du partenariat BMW-PSA dans les véhicules hybrides pourrait être liée aux difficultés du constructeur français, qui a dû annoncer fin 2011 un plan d’économies de 800 millions d’euros et des suppressions de postes. D’autres annonces sont attendues ces jours-ci. Par ailleurs, PSA a noué au début de l’année un partenariat global avec l’américain General Motors qui couvre a priori la coopération dans les véhicules hybrides. De son côté, BMW s’est rapproché de Toyota avec qui il coopère dans les nouvelles technologies.

PSA et BMW ont cependant précisé qu'ils n'avaient pas l'intention de remettre en cause leurs autres coopérations en particulier dans les moteurs thermiques.

Vers 15h15, le titre Peugeot cède 1,2% à la Bourse de Paris, sur un marché en baisse de 0,7%.