Comme pour souligner à quel point les mesures annoncées hier sont nécessaires, PSA a donné hier soir et ce matin des précisions sur l’ampleur de ses pertes opérationnelles. « Tous les mois, depuis un an, nous dépensons 200 millions d'euros de plus que nous gagnons. C'est donc 200 millions de trésorerie qui sortent du groupe », a déclaré sur France Inter le directeur des marques, Frédéric Saint-Geours.

Dans ce contexte, « tergiverser, c'est faire courir à terme de grands périls à l'entreprise. C'est notre responsabilité, aussi douloureuses que soient les décisions, de faire en sorte d'assurer l'avenir du plus grand nombre », a affirmé le PDG, Philippe Varin, hier soir sur TF1.
 
Les voyants virent au rouge

La branche automobile devrait accuser une perte opérationnelle courante de l'ordre de 700 millions d'euros au premier semestre 2012 et entraîner les comptes du groupe dans le rouge, a également averti PSA (qui est également propriétaire du logisticien Gefco, de l’équipementier Faurecia, et de la Banque PSA Finance).

Suite à ces annonces, plusieurs analystes ont revu à la baisse leurs recommandations sur PSA. Barclays Capital maintenu son conseil ‘sous-pondérer et abaissé son objectif de cours de 8,5 à 5 euros. AlphaValue affiche un objectif de cours de 6,1 euros et conseille de 'vendre’. D’autres révisions sont à attendre le 25 juillet, jour de la publication des résultats semestriels du groupe.

Après avoir reculé de 1,74% jeudi, l’action Peugeot chute encore ce matin de 7,5% à 6,49 euros. Depuis le début de l'année, le titre a effacé près d'un tiers de sa valeur, après avoir chuté de près de 60% en 2011.