De la Seine-Saint-Denis à Toulouse. Tel est le chemin que pourraient emprunter quelques-uns des 3000 salariés de PSA travaillant actuellement à Aulnay-sous-Bois.

D’après Les Echos, le ministre de l'Industrie Arnaud Montebourg a demandé à Airbus de reprendre une partie du personnel de cette usine qui doit fermer ses portes en 2014. L’avionneur a confirmé étudier la question, tout en indiquant que ses recrutements resteraient limités. « Nous avons déjà embauché 2 500 personnes en France l'an dernier et nous prévoyons d'en recruter plus de 2000 cette année. Nous ne pourrons donc pas poursuivre au même rythme dans les années à venir », a souligné Fabrice Bréguier, le PDG d'Airbus, lors d'une visite à Pékin. D'après lemonde.fr, Airbus n'envisagerait de reclasser que "quelques dizaines" de salariés PSA.

D’autres sociétés du CAC 40 auraient été sollicitées pour contribuer à l'effort de  reclassement des employés d’Aulnay. Reste que les liens entre automobile et aéronautique sont particuliers. Plusieurs grands équipementiers aéronautiques comme Zodiac et Daher ont également un pied dans l'automobile, et le groupe auto allemand Daimler est l’actionnaire de référence d’EADS, soulignent Les Echos. Fabrice Brégier se demande d'ailleurs « si certains sous-traitants de l'automobile ne pourraient pas aussi travailler pour l'aéronautique ».

Airbus table sur une hausse d’environ 10% de son chiffre d’affaires cette année tandis que Peugeot prévoit un repli de 12% du marché auto européen. Depuis le début de l’année, le titre EADS a déjà gagné 23,7% pendant que celui de Peugeot cédait 45%.