Faurecia semble relativement épargné par la crise qui secoue sa maison-mère, PSA. L’équipementier automobile, numéro six mondial, a certes revu à la baisse son objectif de marge opérationnelle pour 2012, mais il devrait rester largement bénéficiaire. « L'industrie de l'équipement a déjà fortement adapté sa capacité et sa base de coûts fixes pendant la crise de 2008 et 2009. Faurecia elle-même a réduit sa base de coûts fixes de 20% pendant cette période », a rappelé fin juillet Yann Delabrière, le PDG, lors de la publication des résultats semestriels du groupe.

« Pour préserver sa rentabilité en Europe dans un contexte difficile, Faurecia va accélérer les restructurations à hauteur de 80-90 millions d'euros en 2012 et 2013 », a toutefois souligné le groupe, qui table sur un résultat opérationnel compris entre 560 et 610 millions d’euros cette année (contre 650 millions en 2011).