Non, les constructeurs automobiles allemands ne sont pas hermétiques à la crise. Le groupe de Stuttgart Daimler a lancé jeudi un avertissement sur les résultats de sa filiale haut de gamme Mercedes-Benz, dont les ventes souffrent en Europe et sur le premier marché automobile mondial, la Chine.

Mercedes-Benz n'égalera pas au deuxième semestre son résultat opérationnel des six premiers mois de l'année et le bénéfice de l'ensemble de l'exercice sera inférieur à celui de 2011, a déclaré le président du directoire de Daimler, Dieter Zetsche, hier au siège du groupe. Mercedes avait réalisé un résultat avant intérêts et impôts (Ebit) de 5,2 milliards d'euros en 2011. M. Zetsche a en revanche confirmé l’objectif de résultat opérationnel pour l'ensemble du groupe Daimler, soit environ neuf milliards d’euros.

Cela n’a pas empêché le titre de chuter de 2% hier à la Bourse de Francfort. Daimler avait en effet commencé l’année 2012 en fanfare, signant de janvier à mars le meilleur trimestre de son histoire. Mais la chute des nouvelles immatriculations en Europe et le ralentissement du marché chinois semblent désormais également toucher le haut de gamme.

Afin de rebondir rapidement, Mercedes-Benz prévoirait un plan d’économies de plus d’un milliard d’euros, sans suppression de postes, d’après l’agence Reuters. Ce plan, qui n’est pas vital comme celui de PSA, ne sera vraisemblablement mis en place qu’à partir de 2013. Reste à savoir s’il aura un impact sur les projets de collaboration du groupe avec l’alliance Renault-Nissan.

Vers 14h45, l’action Daimler reprend 1% à la Bourse de Francfort, tandis que Renault s’adjuge 1,6% au lendemain d’une baisse de 2,1%.