Honda, le troisième constructeur automobile japonais après Toyota et Nissan, a jeté un froid lundi sur les marchés en abaissant sa prévision de bénéfice annuel à 3,75 milliards d'euros contre 4,57 milliards précédemment attendus. Il évoque « une baisse des ventes sur fond de conjoncture dégradée et l'impact des taux de change défavorables », le yen restant à des niveaux élevés.

Le ralentissement est particulièrement sensible en Europe et en Asie, notamment en Chine où les ventes du groupe ont plongé de 40% en septembre. La querelle territoriale qui a oppose la Chine et le Japon à propos des îles Senkaku explique en partie ce phénomène, qui touche d’autres constructeurs nippons. A cela s’ajoute le ralentissement du marché automobile chinois qui touche l’ensemble des constructeurs mondiaux.

Au final, l’avertissement de Honda ne fait que confirmer les craintes sur le secteur automobile. « Il y a eu un 'très gros profit warning de Honda qui pèse sur l'ensemble du secteur. Pour Peugeot, le titre a enfoncé ce matin seuil psychologique à 5,0 euros », observe un vendeur actions en poste à Paris.

Vers 15h00, le titre Peugeot chute de 6,1% à 4,9 euros, tandis que Renault lâche 1,5% à 34,2 euros. Le groupe de Carlos Ghosn Renault a prévenu jeudi que ses ventes mondiales risquaient de baisser en 2012 après une chute de 13% de ses ventes au troisième trimestre, due au marasme du marché européen.