Comme promis, Renault va ressusciter Alpine, la marque de voitures de sport qu’il avait abandonnée en 1995. Le constructeur hexagonal a conclu pour ce faire un partenariat avec le britannique Caterham, le fabricant de la Lotus Seven.

« Partageant une passion et un savoir-faire proches autour des véhicules sportifs de série et de compétition, Renault et le groupe Caterham annoncent aujourd’hui l’union de leurs forces autour d’un projet commun : concevoir, développer et industrialiser de futurs véhicules sportifs », annoncent-ils dans un communiqué.
Les premiers modèles pourraient voir le jour d’ici trois ou quatre ans. Ils seront produits au sein de l’usine Alpine de Dieppe (Seine Maritime, France) et seront « porteurs respectivement de l’ADN d’Alpine et de Caterham Cars », assure Renault.

« L’ambition de faire revivre Alpine était conditionnée par notre capacité à trouver un partenaire afin d’assurer la rentabilité économique de cette aventure. Nous avions aussi dés le départ la volonté de placer l’usine de Dieppe au cœur de ce projet », a précisé Carlos Tavares, Directeur Général Délégué aux Opérations du Groupe Renault. Le groupe Caterham entrera à hauteur de 50% dans le capital de la société des Automobiles Alpine Renault, détenue actuellement à 100% par Renault SAS.

Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, a salué une  « décision tout à fait positive » et « le choix de la France et de faire revivre une histoire extraordinaire, celle de l'Alpine ».

Fondé en 1959, Caterham est un petit constructeur britannique engagé en Formule 1 sous le nom de Caterham F1 Team. Il a été racheté en 2011 par le magnat des affaires malaysien Tony Fernandes, fondateur de la compagnie aérienne AirAsia.

Vers 13h00, le titre Renault recule de 0,9% en ligne avec le reste du CAC 40 (-1%).