Depuis plusieurs mois, Renault ne tient plus son rang sur le marché français. Les ventes du groupe ont chuté d’un tiers (-33,5%) le mois dernier par rapport à leur niveau de novembre 2011, révèlent des chiffres publiés ce matin. C’est pire qu'en octobre, où les ventes du groupe sur son principal marché avaient reculé de 26%.

Avec seulement 393 747 voitures écoulées depuis le début de l’année, Renault enregistre un recul de 21,7% de ses immatriculations françaises, sur un marché lui-même en nette baisse (1,7 million de voitures écoulées tous constructeurs confondus, soit une baisse de 14%). Le groupe fonde de gros espoirs sur sa nouvelle Clio IV lancée en octobre mais celle-ci est affichée à un prix supérieur à ses concurrentes directes, comme la Peugeot 208. D’où l’annonce par Renault ce lundi de la prolongation de son offre de lancement, à savoir une extension de la garantie à 5 ans (ou 100 000 km) contre 2 ans normalement.

Cela suffira-il à faire redémarrer les ventes du groupe en France et en Europe ? Il faudra attendre encore quelques mois pour le savoir. En attendant, les investisseurs font la grimace. Le titre cède 1,7% à la mi-journée sur un marché parisien en hausse de 0,7%. Il faut cependant rappeler que Renault réalise désormais près de la moitié de ses ventes hors d’Europe, d’où la réaction mesurée des investisseurs aux chiffres concernant le seul marché français.