C’est la rumeur du jour sur la place parisienne. L’Algérie pourrait prendre une participation au capital de PSA Peugeot Citroën. D’après La Tribune, le sujet a été évoqué lors de la visite à Alger fin novembre de l'envoyé spécial du président François Hollande pour les relations économiques entre les deux pays, Jean-Pierre Raffarin. Il pourrait être à l’ordre du jour du déplacement de François Hollande à Alger, les 19 et 20 décembre, ajoute l’agence Reuters ce mercredi.

« La France accepte bien volontiers que des intérêts algériens entrent au capital de ses entreprises, grandes ou petites. Cela relève de la décision des autorités algériennes et des entreprises concernées. C'est un sujet qui a été abordé au cours de récents contacts franco-algériens », avait déclaré Jean-Pierre Raffarin à l'issue de sa visite au quotidien TSA.

PSA n’a souhaité faire «aucun commentaire sur cette nouvelle rumeur». Le groupe mène actuellement des négociations tendues avec les syndicats sur son plan de restructuration, qui prévoit la suppression de 8000 postes en France d’ici 2015.

PSA n’a pas d’usine en Algérie mais y est bien implanté commercialement. Sur ce marché, l’un des plus importants d’Afrique, les ventes de la marque Peugeot y ont progressé de 91% depuis le début de l’année, avec 54.500 véhicules écoulés sur les dix premiers mois, rappelle La Tribune. De son côté, l’Etat algérien «rêve de se doter d'une industrie automobile» et dispose, pour cela de réserves de change de 200 millliards de dollars.