Renault va produire à nouveau des voitures en Algérie. Le constructeur français, dont l’usine avait été nationalisée en 1969, va rouvrir un site de production automobile dans le pays, où ses ventes explosent.

« Nous arrivons sur la fin d'un processus de négociation, qui représente pour Renault une opportunité de croissance en Afrique du Nord et en particulier sur le marché algérien qui se porte très bien », a déclaré mardi le numéro deux du groupe Renault, Carlos Tavares, au micro de RTL. « Renault effectue de très bons résultats commerciaux dans ce pays et a tout intérêt à extrapoler cette progression commerciale par l'existence d'une entité industrielle », a-t-il ajouté.
Selon le Figaro, Renault a écoulé 111.000 voitures en Algérie sur les onze premiers mois de l'année, soit une part de marché de 25%. En pleine croissance, le marché algérien devrait atteindre environ 450.000 voitures en 2012 contre 300.000 l'an dernier.

Pas d'exportation en Europe

D’après le journal, l'usine sera implantée près d'Oran (ouest), la deuxième ville du pays. Elle sera détenue à 51% par l'État algérien et à 49% par Renault. Elle devrait disposer à partir de 2014 d'une capacité de production annuelle initiale de 25.000 véhicules, qui pourra monter à 75.000 exemplaires, soit beaucoup moins que celle inaugurée par le groupe à Tanger, au Maroc, dotée d'une capacité de production de 400.000 voitures, destinées pour l'essentiel à être exportées vers l'Europe. « C'est une production qui n'a aucune destination en Europe et qui sera concentrée sur le Maghreb et les pays africains », a précisé Carlos Tavares au sujet de la future usine algérienne.

Le groupe officialisera cette nouvelle implantation mercredi au premier jour d’une visite officielle de François Hollande en Algérie qui devrait déboucher sur la signature d’autres contrats. Le président français pourrait d’ailleurs évoquer avec son homologue le cas Peugeot, après les rumeurs d’entrée de l’Etat algérien au capital du constructeur automobile en difficulté – rumeurs partiellement démenties.

Vers 15h40, Renault comme Peugeot subissent des prises de bénéfices à la Bourse de Paris, le premier cédant 2,6% et le second 0,3%.