-16%. C’est la baisse des ventes de PSA Peugeot Citroën en une année. Elle est due, selon le groupe, à la crise qui frappe le marché automobile européen (-8,6%) et à l’arrêt des livraisons de pièces détachées à l’Iran suite au renforcement des sanctions internationales contre ce pays.

Dans ce contexte, PSA a écoulé 2,8 millions de véhicules l’année dernière, contre 3,5 millions en 2011.

« Le Groupe subit de plein fouet la chute durable des marchés européens », a commenté le directeur général des marques, Frédéric Saint-Geours, cité dans un communiqué. Les marchés d'Europe du Sud, où le groupe est particulièrement présent, sont les plus impactés (France : -13,3%, Espagne : -14,9%, Italie : -20,9%), ce qui expliquerait la baisse de sa part de marché à 12,7 % contre 13,3% en 2011.

Pas de rebond en vue

« En Europe, le marché automobile devrait connaitre une nouvelle baisse en 2013, de l'ordre de 3 à 5% », précise PSA qui va donc devoir se tourner vers l’international pour espérer limiter la baisse de ses volumes. Le groupe réalise 38% de ses ventes hors d’Europe et veut faire passer cette part à 50% en 2015.

« Cette conjoncture rend plus que jamais nécessaire notre stratégie de globalisation. Celle-ci s'est encore accélérée en 2012, et se poursuivra en 2013, avec la montée en puissance du Groupe en Chine, en Amérique latine et en Russie », annonce Frédéric Saint-Geours.  « L'année 2013 s'annonce encore difficile en Europe, mais nous y disposons de véhicules innovants et attractifs. Le Groupe pourra capitaliser sur le succès de la ligne DS, de la Peugeot 208, des véhicules HYbrid4 et sur la gamme européenne la plus performante sur le plan des émissions de CO2. Il s'appuiera aussi sur les lancements de 2013 : jamais le Groupe n'aura lancé autant de nouveaux modèles sur une même année ».

Après avoir ouvert en forte baisse le titre réduit ses pertes mercredi. Il cède 0,9% sur un marché quasilment stable à la mi-journée.