Les chiffres mis en avant par Michelin, hier soir, rendent compte d’un marché des pneumatiques difficiles en décembre en particulier pour la première monte. Pour ce qui est des pneus de tourisme et de camionnettes, le recul enregistré pour ce segment est de 16% en Europe, de 2% en Amérique du Nord. Pour les pneus de poids lourds, la chute est de 20% en Europe, de 25% en Amérique du Nord, de 38% au Brésil.

Les analystes négatifs

Le 17 janvier, les analystes d’UBS rétrogradaient leur conseil sur le titre d’ « achat » à « neutre » avec un objectif de cours à 72 euros.
Le 11 janvier, c’est au tour de Goldman Sachs de dégrader sa recommandation de « neutre » à « vendre » et diminué leur objectif à 60 euros, contre 78 euros initialement.
Le 3 janvier 2012, les analystes de la société AlphaValue ont émis une recommandation à «réduire » pour le titre. L’objectif de cours a été fixé 73 euros.

Les analystes positifs

Le 18 décembre, les analystes d’Oddo &Cie avaient fait état d’une opinion «acheter » avec un objectif de cours 77 euros.
Le 29 novembre, les analystes de Société Générale confirmaient aussi une opinion positive « acheter » avec un objectif à 71 euros.
Enfin, le 7 novembre les experts d’Exane BNP Paribas ont également indiqué une vue favorable, avec « surperformer ». Leur cible était alors de 78 euros.

L’action Michelin a pris près de 40% en 2012. Depuis le début de l’année il a fléchi de près de 1%.
Le groupe doit publier ses résultats financiers le 12 février prochain.