A son tour, la Commission européenne reconnaît la gravité de la situation chez PSA. L’exécutif européen a provisoirement validé lundi l’aide accordée par l’Etat français à Banque PSA Finance, filiale de crédit automobile de PSA Peugeot Citroën. Mais il ne prendra sa décision définitive qu’une fois que la France aura présenté un plan de restructuration du groupe automobile en difficulté.

« L'octroi de cette garantie (de 1,2 milliard d’euros, ndlr) était nécessaire pour assurer l'accès de la Banque PSA Finance au marché et éviter tout effet de contagion au système bancaire français, qui affecterait le coût de financement des banques », a expliqué la Commission dans un communiqué. Cependant, « cette aide bénéficiant non seulement à la Banque PSA Finance mais au groupe PSA dans son ensemble, la France devra présenter à la Commission un plan de restructuration pour le groupe PSA. Sur cette base, la Commission pourra prendre une décision finale sur l'aide apportée ».

La France devra notamment garantir que Banque PSA Finance, et le groupe dans son ensemble, sont viables sur le long terme sans financement public. PSA, deuxième constructeur automobile européen, a annoncé l'été dernier 8.000 suppressions d'emplois et la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) afin d’endiguer ses pertes, qui se montent à 200 millions d’euros par mois.

"Décision conforme"

Le groupe doit présenter mercredi ses résultats annuels, dans un contexte de baisse du marché automobile européen qui l’a conduit à passer des dépréciations massives de plus de 4 milliards d’euros. De fait, la perte enregistrée au titre de l’exercice écoulé pourrait avoisiner les 6 milliards d’euros.

Interrogé sur la décision de la Commission européenne, un porte-parole de PSA a déclaré lundi : «C'est conforme au calendrier. On attend une réponse définitive d'ici l'été (…) On est en train de conduire un plan de restructuration industrielle qui va impacter le groupe dans sa globalité ». Ce plan doit permettre au groupe de retrouver un flux de trésorerie positif, ou du moins à l’équilibre, à la fin 2014.

L’action Peugeot prend 2,5% lundi dans un marché en hausse de 0,1%. Depuis le début de l’année, le titre a repris 11% après une chute de 50% en 2012.