Toujours pas le moindre signe de reprise sur le marché automobile français. En février, les nouvelles immatriculations se sont encore contractées, baissant de 12,1% à 143 366 unités, d’après les chiffres dévoilés vendredi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Sur les deux premiers mois de l’année, la baisse atteint 13,5% en données brutes et 11,5% à nombre de jours ouvrables comparables, indique le CCFA qui revoit d’ores et déjà sa prévision pour l’ensemble de l’année. Un porte-parole du Comité a dit s’attendre désormais à un repli de 5% au mieux sur l’ensemble de l’année, contre une précédente prévision de stabilité.

Le marché automobile français a connu en 2012 l’une de ses pires années, les ventes retombant à leur niveau de 1997. Il vient d’enchaîner quinze mois de baisse d’affilée. Le mois dernier, PSA Peugeot Citroën a particulièrement souffert avec une baisse de 15,5% de ses immatriculations. Avec une baisse limitée à 10,8%, le groupe Renault a fait mieux que le marché, mais uniquement grâce à sa marque low cost Dacia (+37,3%), alors que la marque au losange a trébuché à nouveau de 19,5% après son embellie de janvier. Au total, les ventes de deux groupes français ont reculé de 13,6% contre une baisse de 10% pour l’ensemble des constructeurs étrangers.

Tous les généralistes sont à la peine, mais Fiat (-11,8%) a mieux résisté que Ford (-33,4%). Volkswagen a continué à faire preuve de résistance, comme en 2012, avec des immatriculations en baisse de 7,5% le mois dernier. Deux groupes asiatiques se sont distingués: Toyota (+12,3% grâce aux lancements récents de la compacte Auris hybride et du nouveau monospace Verso) et la marque coréenne Hyundai (+24,3%).