En matière d’automobile aussi, le luxe est une valeur sûre. En témoignent les résultats publiés cette semaine par Audi et BMW, les deux premiers constructeurs mondiaux de voitures haut de gamme.

Le numéro un mondial, BMW, a ainsi fait état d’une hausse de 11,7% de son chiffre d’affaires à 76,8 milliards d’euros après avoir écoulé 1,84 million de véhicules (+10%) l’année dernière. Son bénéfice net a dépassé pour la première fois la barre des cinq milliards d’euros à 5,12 milliards.

Avec ce bilan sans fausse note, BMW creuse la distance avec son principal concurrent Audi, qui s’est pourtant lui aussi targué de résultats records il y a deux jours. La filiale haut de gamme de Volkswagen a annoncé un chiffre d’affaires inédit de 48,8 milliards d’euros (+10,6%) pour 2012 et avoir écoulé environ 1,45 million de voitures, aidé surtout par les Etats-Unis et la Chine, quand l’Europe reste sur la réserve, crise oblige. Audi et BMW s’en sont toutefois beaucoup mieux sortis que les constructeurs généralistes sur le marché européen.

Quant à Daimler (Mercedes), il avait dévoilé début février un bénéfice net de 6,5 milliards d'euros en 2012 (+8%) et un chiffre d'affaires colossal de 114,3 milliards (+7%). Le groupe, qui n’a écoulé « que » 1,3 million de véhicules en 2012, s’est lancé le défi de reprendre à BMW le titre de numéro un du premium d’ici 2020, avec le lancement de 13 nouveaux modèles. Un titre que convoite également Audi.

Malgré ces chiffres à faire pâlir les constructeurs automobiles concurrents, et notamment les français qui ont connu une année particulièrement difficile, BMW n’a pas réussi à soulever l’enthousiasme à la Bourse de Francfort ce jeudi. Vers 16h30, le titre cède 0,7% sur un marché en hausse de 0,8%.