La récente correction boursière de Michelin est-elle justifiée ? Pour HSBC, la réponse est non. Dans une note publiée mardi, le courtier réaffirme sa recommandation 'surpondérer' sur le groupe français et rehausse sa cible de 80 à 83 euros.

« Avec sa concentration sur la question des prix (sous pression), le marché ignore les éléments favorables aux niveaux des matières premières, des volumes en camions, des changes, du mix et du potentiel de free cash-flow », affirme le bureau d’études. Au regard de ses perspectives de résultats, Michelin demeure le fabricant de pneumatiques le moins cher d'Europe, ajoute HSBC.

Le courtier précise qu’il a relevé sa prévision de bénéfice opérationnel pour 2013 qui se situe désormais 5% au-dessus du consensus.

Michelin vise, pour l'année 2013, un résultat opérationnel avant éléments non récurrents après une hausse de 25% en 2012. Dans une note publiée la semaine
Hier, Fitch avait relevé la note de Michelin à 'BBB+', contre 'BBB' précédemment, assortie d'une perspective stable. Elle a notamment salué « le solide profil d'activité » du groupe malgré la crise du marché automobile européen.

Vers 12h30, le titre s’adjuge 2,3% sur un marché parisien en hausse de 0,6%. Depuis le début de l’année, il reste en baisse de près de 10%.