Avec 157 859 immatriculations en avril, le marché des voitures particulières a reculé de 5,2 % en données brutes et de 9,7 % à nombre de jours ouvrables comparable, selon le Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA).
C’est nettement mieux que la tendance des mois précédents, les ventes ayant reculé de 15% sur le premier trimestre. « Le marché semble vouloir arrêter de s’écrouler car on n’a pas eu de baisse à deux chiffres comme les mois précédents », a commenté François Roudier, porte-parole du CCFA. Le comité a cependant revu en baisse sa prévision pour le marché automobile français en 2013, désormais attendu en repli de 8% « au mieux » contre -5% envisagé jusqu’ici.

Après une année 2012 en chute libre et un premier trimestre à peu près à l’unisson, en France comme en Europe, plusieurs entreprises du secteur ont évoqué récemment la possibilité que le creux de la vague puisse être bientôt atteint. « Devant l’arrivée actuelle de nouveaux modèles, il peut y avoir une attente des consommateurs », confirme M. Roudier. « Nous avons eu en avril un petit rattrapage et on commence à parler d’un point bas. Mais la question reste de savoir où il se situera. »

Grâce au succès de la Clio IV et de sa marque à bas coûté Dacia, le groupe Renault a limité la baisse de ses ventes en avril (-2,8%) tandis que PSA Peugeot Citroën a accusé un repli de 12,1% (-23,6% en mars). Le groupe compte cependant sur les nouvelles versions de sa Peugeot 208, récemment élue « Voiture de l’année » par l'Association Française de la Presse Automobile (AFPA), pour redresser la barre.

Au total, les marques françaises, qui représentent un peu plus de la moitié du marché, affichent un repli de 8,9 % en avril alors que les marques étrangères progressent (+0,2%). C’est le cas notamment de Volkswagen (+4,4%) qui a profité du lancement de la nouvelle Golf, septième du nom.