Vers 10h30, Renault gagne 2,60% à 60,73 euros, Peugeot, 6,95% à 6,9 euros, Michelin, 2,50% à 69,75 euros et Faurecia, 4,57% à 15,680 euros.

Selon l’Association européenne des constructeurs automobiles, pour la première fois depuis 19 mois, autrement dit depuis septembre 2011, le marché automobile européen a connu une croissance en avril. Les nouvelles immatriculations ont augmenté de 1,8% à 1,08 millions, contre 1,06 millions il y a un an. En janvier, ces nouvelles immatriculations avaient affiché un amoindrissement de 8,7%, et février et mars de 10%.

Le principal catalyseur de cette hausse réside dans la demande provenant du Royaume-Uni, en évolution de +15%.
Les Allemands et les Espagnols ont également acheté plus de voitures. Dans ces deux pays le sentiment de confiance des consommateurs s’est amélioré en avril. Après cinq mois consécutifs de contraction, les ventes au sein de la première puissance européenne ont grimpé de 3,8%. Elles ont bondi de 11% au sein de la quatrième puissance de la zone euro.

Par ailleurs, le mois d’avril a connu deux jours de ventes additionnels cette année dans de nombreux pays européens en raison du décalage des vacances de Pâques.

Une société comme Renault aurait connu un accroissement de ses ventes en Europe de 5% le mois dernier. La marque Dacia aurait été particulièrement dynamique. La demande a grimpé de 28% pour les voitures de ce modèle.

Les ventes chez Peugeot auraient reculé de 10% après 16% plus tôt dans l’année.

Les ventes se seraient élevées de 11% chez Daimler et de 9,7% chez Volkswagen.

Sur les quatre premiers mois de l’année, les ventes d'automobiles en Europe demeurent en contraction de 7% en volume en glissement annuel, à 4,18 millions de véhicules. Le marché de l’automobile reste à un plus bas niveau de 20 ans. Un fléchissement de 5% sur l’ensemble de l’année 2013 est escompté par de nombreux dirigeants de sociétés spécialisées dans le secteur, notamment Carlos Tavares, directeur général délégué de Renault.

Toutefois, le pire serait passé selon plusieurs analystes. Pour le reste de l’année le déclin devrait être moins prononcé que par le passé, en particulier dans les pays d’Europe du sud.